En direct

Quand le BTP se frotte à la «réalité augmentée»
Le Moniteur propose une expérience inédite de réalité augmentée à ses lecteurs - © © LEMONITEUR

Quand le BTP se frotte à la «réalité augmentée»

Bertrand Lechat |  le 06/06/2012  |  TechniqueFinistèreIlle-et-VilaineEuropeCommunication

Voir en temps réel l’état futur d’un bâtiment sur sa tablette ; redécouvrir un plan masse avec son smartphone pour obtenir des détails invisibles à l’œil nu… Voilà quelques possibilités offertes par la «réalité augmentée».

Commençons par la théorie. La réalité est dite «augmentée» lorsqu’elle permet, via la caméra d’un smartphone ou d’une tablette, d’accroître et d’enrichir notre environnement d’informations virtuelles, non perceptibles à l’œil nu (images, texte…) et ce, en temps réel.

En pratique, il est facile de trouver sur Internet des exemples de réalité augmentée illustrant ce mélange de réel et de virtuel. Mais souvent, le temps de la découverte passé, ces exemples perdent de leur intérêt, car peu aboutis. De sorte que beaucoup se demandent quel peut être l’intérêt d’une telle technique au-delà de son application dans le cinéma et les jeux.

Pourtant, depuis trois ans, les acteurs de la construction apprivoisent cette technologie en incrustant ou en superposant de façon réaliste des objets virtuels ou maquette numérique (bâtiments, mobilier urbain, refonte urbaine ou de paysage, etc.) à la perception que nous avons naturellement de cette même réalité.

Déjà des exemples aboutis

Aujourd’hui, les projets s’enchaînent, donnant un sérieux coup de vieux aux photos, plans et maquettes. La société Artefacto a ainsi conçu une présentation du projet urbain de la ZAC de la Courrouze (cliquez ici) à Rennes dont la livraison complète est prévue en 2020. Plus récemment, les majors de l’immobilier s’en sont emparés pour en faire un outil d’aide à la vente de leurs projets.

En 2010,  l'Institut Image (Le2i) de l’Ensam Cluny et son institut de Chalon-sur-Saône avaient reconstitué le passé en représentant aux touristes l’abbaye de Cluny tel qu’elle était au XIIè siècle.

A chaque fois, le principe est le même. Le visiteur peut in-situ reconstituer et superposer virtuellement les futurs bâtiments ou la partie détériorée des bâtiments à la partie encore existante, et enrichit ainsi sa visite.

A Cluny, l’intégration de ces deux mondes, le réel et le virtuel, est poussée à l’extrême puisque grâce à une capture en temps réel de la voûte céleste et de sa luminosité, la lumière ambiante est restituée à la fois sur les parties réelles et sur les parties virtuelles des bâtiments.

Pas de réalité augmentée sans maquette numérique !

Le processus de réalisation d’un objet en réalité augmentée est simple à partir du moment où architectes et ingénieurs  collaborant au projet utilisent des outils informatiques de conception assistée par ordinateur (CAO), et produise toutes les données nécessaires pour réaliser une maquette numérique. Sans cette maquette, concevoir un dispositif en réalité augmentée reste complexe et coûteux.

Profitant de la maquette numérique, l’équipe en charge de réaliser le dispositif de réalité augmentée récupère les données du bâtiment ou de l’aménagement urbain et les «habillent» en appliquant textures, photos des façades ou des matériaux utilisés, pour s’approcher du réel. Une fois ce travail terminé, la maquette ainsi habillée sera rendu disponible sur tablette ou smartphone  afin que l’utilisateur puisse la superposer au réel, filmé par la caméra implantée au dos de l’appareil.

De nouvelles applications à inventer

En exploitant pleinement les données fédérées dans le  SIG-MU (Système d’information géographique multi-usage) ou dans la maquette numérique, la réalité augmentée pourrait étendre ses applications. Pourquoi ne pas envisager de visualiser in situ l’implantation des réseaux et équipements techniques avant même que l’entreprise n’ait démarré la pose. De quoi révolutionner les réunions de synthèse ou la gestion des levées de réserve.

Pour que cette technologie ne se cantonne pas au marketing et à la communication, ce sera aux acteurs de la construction d’inventer leur réalité augmentée.

Le Moniteur propose une expérience inédite de réalité augmentée à ses lecteurs

Le Moniteur des Travaux Publics et du Bâtiment, Brest Métropole et Artefacto dévoilent une expérience inédite dans la presse professionnelle française. En utilisant leur smartphone ou leur tablette, les lecteurs découvrent une animation 3D du tracé du tramway de Brest publiée dans le dossier Territoires du Moniteur du 8 juin.

Quel appareil utiliser ?

Pour regarder cette animation 3D, il suffit de disposer d’un smartphone ou tablette fonctionnant sous les systèmes  IOS (iPhone ou iPad) ou sous Android (smartphone LG, Nokia, Samsung, …)

Que faire ?

Au préalable, procurez-vous Le Moniteur 5663 du 8 Juin 2012 ou imprimer la page du dossier Territoires Brest joint à cette article (cliquez ici) . Puis, téléchargez l’application gratuite « MONITEUR 3D BREST » sur l’appstore ou Google play (ex Androïd Market), en tapant Moniteur 3D Brest dans la zone « recherche », puis installez-la sur votre appareil.

Comment voir la réalité augmentée ?

À partir de votre smartphone ou de votre tablette, lancez l’application gratuite « MONITEUR 3D BREST », attendez quelques secondes, puis placez la caméra de votre appareil quelques centimètres au-dessus de la photo de l'article que vous venez d'imprimer. Il faut parfois bouger un peu pour trouver la bonne position. La photo apparaît alors en 3D comme si les bâtiments, murs, architectures et objets sortaient directement de l’image. Tournez lentement votre appareil autour du Tramway, pour le regarder sous toutes ses facettes.

Commentaires

Quand le BTP se frotte à la «réalité augmentée»

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur