En direct

Quand le big data anticipe les coûts des catastrophes naturelles

Pascal Nguyên |  le 13/04/2018  |  Travaux publicsRénovation

L'application Vega évalue chaque ligne des futurs travaux de reconstruction avant même la survenue d'un événement climatique.

La note est salée. Selon la Fédération française de l'assurance, les inondations du mois de janvier 2018 ont occasionné entre 25 000 et 30 000 sinistres. Et la facture finale atteindrait 150 à 200 millions d'euros, a-t-elle calculé courant février. Un délai de quelques semaines a donc été nécessaire pour faire remonter les informations des adhérents à la fédération. Ces estimations pourraient-elles être diffusées plus tôt et chiffrées plus précisément ? Avec l'avènement du big data, la réponse est oui. Mieux : elles pourraient être annoncées avant même que les crues et autres catastrophes naturelles adviennent !

Ces prévisions sont l'apanage d'un outil informatique baptisé Vega, conçu par Saretec, un spécialiste de la prévention, de l'expertise et de la réparation. « Il s'adresse aux assu rances et aux entreprises disposant d'un grand parc immobilier, indique Jean-Vincent Raymondis, directeur général adjoint de Saretec. Il permet d'anticiper les coûts de reconstruction d'un bâtiment touché par d'éventuelles inondations, par exemple. » Cette démarche est d'autant plus intéressante, selon lui, que les estimations réalisées juste après une catastrophe naturelle ne sont pas toujours fiables, en raison des conditions souvent difficiles dans lesquelles elles sont effectuées.

Une base de près d'un million d'expertises. Pour parvenir à un chiffrage, Saretec exploite un modèle mathématique d'endommagement des bâtiments qui prend en compte le type d'édifice, les matériaux qui le composent, le niveau d'eau en cas d'inondation, etc. « Notre application est alimentée par les données issues de près d'un million d'expertises passées. C'est un modèle vivant dans lequel toutes les nouvelles estimations sont intégrées à la suite de sinistres, comme les tempêtes ou les fortes chutes de neige. Il exploite également les données de projections météorologiques et hydrologiques », décode le directeur général adjoint.

Grâce à ces informations, Saretec reconstitue des secteurs géographiques avec force détails. En anticipant les zones touchées par un sinistre et le degré de gravité de celui-ci (niveau d'eau lors d'une inondation, vitesse et direction des vents d'une tempête… ), Vega estime précisément les coûts de reconstruction. « Nous allons jusqu'à la ligne de chiffrage, comme le nombre de mètres carrés de peinture à prévoir », ajoute Jean-Vincent Raymondis. Grâce à ces évaluations, les utilisateurs peuvent anticiper les fonds nécessaires et savoir à quel moment il faut dépêcher un expert, en fonction de seuils fixés à l'avance.

A l'avenir, Saretec compte alimenter Vega avec d'autres sources de données de masse, notamment celles issues du BIM, pour améliorer les résultats. « Aujourd'hui, des analyses terrain sont encore indispensables pour connaître tous les matériaux d'un bâtiment », constate Jean-Vincent Raymondis. En se référant aux documents du BIM, ce ne sera plus nécessaire.

PHOTO - 12457_760189_k2_k1_1803060.jpg
PHOTO - 12457_760189_k2_k1_1803060.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur