En direct

Qualité : chacun a sa place

Michel Platzer, P-DG de la Générale de Projet (groupe SCIC), président du Comité Bâtiment de l'Afaq. |  le 19/09/1997  |  QualitéMaîtrise d'ouvrageEntreprisesEuropeTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Qualité
Maîtrise d'ouvrage
Entreprises
Europe
Technique
Valider

Dans les propos retranscrits par « Le Moniteur » du 20 juin dernier (p.25), Gérard Blachère se fait porte-parole des maîtres d'ouvrage et affirme que ceux-ci jugent les référentiels ISO 9 000 inadaptés et inutiles. Président du comité Bâtiment de l'Afaq (Association française pour la certification des systèmes d'assurance-qualité) et représentant le groupe SCIC, maître d'ouvrage, il m'apparaît indispensable de rassurer le lecteur à juste titre inquiété par le caractère définitif de propos tenus par une personnalité dont la renommée a depuis longtemps dépassé les frontières de notre pays.

Contrairement aux affirmations de Monsieur Blachère, I'ISO 9 000 ne relève pas seulement « de la fabrication en série de casseroles » :

Oui, les normes ISO sont adaptées à la filière construction : les quelques 450 sociétés certifiées et les centaines d'autres en cours (maîtres d'ouvrage, entreprises, architectes, bureaux d'études etc.) sont là pour le prouver.

Oui, la certification d'assurance qualité inspire confiance aux maîtres d'ouvrage. Bien sûr, les pionniers de la certification ne bénéficient pas de marchés réservés. Aucun d'entre eux, ne le demande : la démarche qui conduit à la certification, c'est le chemin du progrès dans la pratique de chaque métier.

Oui, la profession de maître d'ouvrage s'engage résolument dans la certification : I'Unfohlm, la FNPC, et la FNSEM publieront prochainement avec l'Afaq un « guide de lecture de la norme ISO 9 001 » destiné aux métiers de la maîtrise d'ouvrage.

Oui, les normes ISO 9 000 sont adaptées à la production « par opération », comme dans tous les secteurs où une équipe projet se constitue pour chaque affaire (informatique par exemple). L'important est que les démarches d'assurance qualité de chacun des acteurs de l'opération soient compatibles : le Comité Bâtiment de l'Afaq, qui rassemble les différentes professions, est le garant de cette cohérence.

Au demeurant, le référentiel développé par Gérard Blachère dans le cadre de l'association Auxirbat n'est en aucune façon en contradiction avec les référentiels ISO, et le maître d'ouvrage peut le prendre comme point de départ pour décrire ses différents processus : les deux outils ne sont pas concurrents mais complémentaires.

Chacun a sa place dans la grande marche vers la qualité : les différents métiers se mobilisent au travers de référentiels professionnels, I'Afaq est le point de rencontre naturel de ces approches et les instances de réflexion interprofessionnelles, notamment le Mouvement français pour la Qualité, sont autant de lieux de débats et de propositions.

Alors que l'Europe se fait à grand pas, évitons les anathèmes franco-français, et travaillons ensemble au renforcement de la compétitivité de notre filière bâtiment. Une chose est certaine : cette compétivité passe par une plus grande satisfaction des clients.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil