En direct

Pyrénées-Atlantiques Un centre hospitalier restructuré pour la Côte basque

FLORENCE ELMAN |  le 24/09/1999  |  Pyrénées-AtlantiquesFrance Collectivités localesCommande publiqueRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Pyrénées-Atlantiques
France
Collectivités locales
Commande publique
Réglementation
Marchés privés
Valider

Un chantier de 400 millions de francs étalé sur cinq ans. Appels d'offres imminents pour la mise en sécurité de l'ancien bâtiment.

Construction, démolition, réhabilitation... Une restructuration totale des locaux du site principal Saint-Léon (2 000 salariés, 740 millions de francs de budget, 1 162 lits) est prévue à l'échéance 2005. Dès le printemps, les premiers ouvriers ont investi les lieux pour la réfection de l'électricité, des canaux de distribution et la création d'un bâtiment énergie. Objectif de ce lifting : « donner à un bâtiment du XIXe siècle les infrastructures qui lui font défaut, optimiser l'accueil des malades et répondre aux nouveaux impératifs de rentabilité économique fixés par l'Agence régionale d'hospitalisation Aquitaine (Arha) », indique Hervé Ferrant, directeur adjoint du CHCB Centre hospitalier de Bordeaux, chargé de la restructuration.

« L'hôpital de demain doit être modulable », ajoute-t-il. Le projet retenu est celui du cabinet parisien AART International, en partenariat avec l'architecte biarrot Dassié Marcel Servella (DMS).

Sur les 56 000 m2 à restructurer, 17 000 seront réhabilités et 39 000 reconstruits. L'option validée intégrera le bâti ancien du second Empire. Une galerie couverte reliera anciens et nouveaux bâtiments. Les prochains appels d'offres seront lancés en septembre ; ils concernent la réalisation de l'unité IRMS scanner et la mise en sécurité de l'ancien bâtiment Saint-Léon (escaliers de secours, ascenseurs...).

Deux tranches de 250 et 150 millions de francs sont prévues sur cinq ans, ainsi qu'un investissement en matériel de 120 millions de francs. L'Etat s'est engagé sur l'opération avec une première subvention de 2,5 millions de francs. Une seconde est attendue. Le reste sera emprunté. L'Arha prendra à son compte les intérêts d'emprunt et les amortissements de ce chantier classé priorité régionale.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil