En direct

Puy-de-Dôme Un contrat de développement urbain pour Ambert

denis couderc |  le 14/02/1997  |  Puy-de-DômeFrance entièreCollectivités localesSEMCulture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Puy-de-Dôme
France entière
Collectivités locales
SEM
Culture
Europe
Rhône
Haute-Loire
Profession
Architecture
Etat
Valider

- Un investissement global de 55 millions de francs débouchant sur 25 millions de travaux sur trois ou quatre années.

Après huit mois d'étude, la Société d'Equipement de l'Auvergne (Seau) a déposé un rapport de synthèse sur le contrat de développement urbain (CDU) de la ville d'Ambert (7 400 habitants, sous-préfecture du Puy-de-Dôme).

Pour répondre à la demande des collectivités locales, la Seau a expérimenté sur cette étude, selon Philippe Godard, responsable de son département aménagement, « un positionnement en amont par rapport à l'activité habituelle ». Il explique : « Le diagnostic s'est fait avec l'aide des bureaux d'études et de beaucoup de personnes - ressources, coordination, analyses financières - avec recherche des financements, de l'échelon local jusqu'à l'Europe, pour élaborer des programmes réalistes, phasés et chiffrés. De plus en plus, les SEM élargissent leur activité d'équipement vers un développement social et économique.»

La première phase de l'opération, cofinancée par le département, la région Auvergne, la Caisse des dépôts et la ville d'Ambert, a consisté en une étude de diagnostic de toutes les potentialités de développement, à l'échelle de l'entité Ambert-vallée de la Dore (soit 22 000 habitants et une économie assez dynamique pour ce qui concerne les PME).

Cette approche globale a permis de mettre en perspective tous les moyens financiers, plutôt que de procéder par catégories et de proposer un véritable programme d'actions chiffrées sur dix ans pour chacune de ces composantes.

25 millions de travaux

Requalification des rues et places (13,8 millions), réhabilitation d'équipements culturels (théâtre, salle polyvalente pour 18,5 millions), des logements et commerces du centre-ville par curetage d'îlots en conservant le tissu ancien, avec création d'un secteur d'activités à proximité du centre, etc. L'ensemble du programme à échéance de douze ans s'élève à près de 55 millions, les retombées devant dépasser 25 millions de travaux BTP sur les trois ou quatre prochaines années.

Le conseil général doit prochainement s'engager pour 4,5 millions de cofinancements sur cinq ans, au bout desquels le CDU sera réévalué. La Seau, « à la fois coordonnateur des études et opérateur » selon Philippe Godard, a travaillé avec Espace d'un instant (études d'architecture et d'urbanisme, Lyon), la Scet et Jean Prevost (Laboratoire d'«ethnomarketing» et d'analyse du tissu commercial, Yssingeaux), et compte proposer la même méthode sur d'autres CDU ou CDR (contrats de développement rural), notamment pour la ville de Brioude (43) et le Sivom de Besse-en-Chandesse, dans l'idée de « faire émerger des intercommunalités de projets ».

PHOTO : La salle polyvalente d'Ambert, inscrite parmi les trois équipements culturels majeurs à réaménager.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur