En direct

PUY-DE-DOME Le point sur un an d'activités

SYLVIE JOLIVET |  le 11/02/2000  |  Puy-de-DômeHygièneImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Puy-de-Dôme
Hygiène
Immobilier
Valider

La politique d'insertion du Geiq 63 enregistre un taux de réussite élevé

Ayant fêté un an d'activités le 25 janvier, le Groupement d'entreprises pour l'insertion et la qualification du Puy-de-Dôme (Geiq BTP 63) dresse un bilan satisfaisant de son action : « Il y a un an, nous savions que l'enjeu était important : nous devions réussir, c'est-à-dire ne décevoir ni les personnes que nous souhaitions intégrer à nos métiers ni les entreprises adhérentes », souligne Léopold-Jean Mazet, président du Geiq BTP 63, qui vise « à insérer et qualifier des individus laissés pour compte au profit d'un emploi définitif ».

La faiblesse apparente du nombre de salariés du Geiq BTP 63 (voir ci-dessous) doit être relativisée : « Le taux de réussite est plus élevé que celui des associations et entreprises d'insertion », relève Alain Boyer, secrétaire général de la préfecture, qui explique ainsi ce résultat : « L'insertion est plus efficace car ces jeunes sont dans les conditions réelles du monde du travail. Leur parcours d'insertion se fait directement dans des équipes. »

Du côté de l'entreprise, on apprécie la souplesse de l'insertion, comparée à celle de l'apprentissage. Qualité que ne dément pas Jean-Claude Boyer, directeur de Entrepôts et Echafaudages, qui, grâce au Geiq, a trouvé une personne qui se forme à la fois au métier d'échafaudeur (dans l'entreprise) et à l'informatique (en centre de formation). « Le Geiq fait un gros travail de contacts et de sélection qui limite les échecs », souligne Jean-Claude Boyer.

Un flux permanent de candidats

Un argument que Léopold-Jean Mazet entend utiliser pour inciter des entreprises à adhérer : « Cette démarche en amont est un avantage pour les entreprises. En outre, nous pouvons leur proposer un flux permanent de candidats, alors que les demandes d'apprentissage sont concentrées sur quelques mois. »

Cette année, le Geiq entend notamment recruter de nouveaux adhérents et partenaires, et mener des actions de sensibilisation pour mobiliser les demandeurs d'emplois sur les métiers du BTP.

Des embauches en fin de parcours

En 1999, Nathalie Lathaud, directrice du Geiq BTP 63, a traité 300 candidatures, reçu 150 candidats et recruté 26 personnes. Trois salariés ont démissionné, le Geiq a rompu quatre contrats, dont deux pour faute grave. Les 19 salariés du Geiq (au 15 janvier, 7 recrutements étaient en cours) se répartissent entre les secteurs TP gros oeuvre (10), peinture (2), électricité (4), menuiserie (1), études et topographie (2). Dix-sept sont sous contrat de qualification (dont 7 diplômants et 10 qualifiants), et deux sont sous contrat d'orientation de trois mois. Six à sept des neuf salariés qui sortiront au cours du premier semestre 2000 ont des perspectives d'embauche (contrats classiques ou de qualification), et, sur les huit sorties programmées pour le second semestre, au moins sept embauches sont prévues.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil