En direct

Propositions de maires pour le futur "Plan Banlieue"

CHESSA Milena |  le 26/10/2007  |  France Collectivités localesUrbanismeVal-d'OiseArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Aménagement
Collectivités locales
Urbanisme
Val-d'Oise
Architecture
Réglementation
Etat
Valider

L'association Ville et Banlieue, qui réunie des maires de toutes sensibilités politiques, propose pour le futur "plan Banlieue" des mesures énergiques comme la mobilisation de l'Etat pour la desserte des villes de banlieue ou l'instauration d'emplois "francs" dans les ZUS (zones urbaines sensibles).

L'association, qui compte 120 maires de tous bords (*), a remis à la ministre du Logement, Christine Boutin, ainsi qu'à la secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, trente propositions pour "contribuer activement" à la préparation du plan Banlieue. Ce plan, promis par Nicolas Sarkozy pendant la campagne électorale et actuellement préparé par Fadela Amara à travers des réunions de concertation organisées sur tout le territoire, devrait voir le jour début janvier.

Désenclavement et rénovation urbaine
Première priorité pour les maires : désenclaver leurs villes notamment en réengageant l'Etat dans la desserte des villes de banlieue y compris sur les liaisons de banlieue à banlieue. Autre proposition: faire appliquer l'article 55 de la loi SRU - qui impose 20% de logements sociaux aux communes - et privilégier fiscalement les communes qui bâtissent du logement social. En ce qui concerne les chantiers de rénovation urbaine menée par l'Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), les maires estiment qu'il est nécessaire d'"imposer la maîtrise des loyers et des charges des logements rénovés" sous peine de voir leurs habitants migrer vers des zones meilleur marché, créant ainsi le risque de nouveaux ghettos.

Lutte contre le chômage et service public
Pour lutter contre le chômage qui peut atteindre 40% dans certaines cités, les maires souhaitent l'instauration de l'"emploi franc" qui permettrait à tout résident d'une ZUS (zone urbaine sensible) d'accéder à un emploi privé exonéré de charges patronales. Les maires jugent aussi indispensables de "renforcer la péréquation financière nationale et locale" afin que toutes les communes, même les plus pauvres, puissent offrir à leurs habitants un service public comparable à celui de villes mieux dotées.


(*) Président : Pierre Bourguignon, député-maire PS de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Quelques membres : Pierre Cardo, député-maire UMP de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), François Pupponi, maire PS de Sarcelles (Val-d'Oise), ou encore Patrick Jarry, maire PCF de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur