En direct

Promoteurs privés et logements HLM : sortir de l'exclusive
De gauche à droite : Yoann Joubert, président de Réalités et Michel Allanic, directeur Projet de Ville - © © Réalités

Promoteurs privés et logements HLM : sortir de l'exclusive

le 01/02/2012  |  ImmobilierTechniqueBâtimentFrance entièreLogement social

Et si construire les logements sociaux n'était pas l'apanage des Entreprises Sociales de l’Habitat (HLM) ? Yoann Joubert, président de Réalités (1) et Michel Allanic, directeur Projet de Ville militent, dans ce point de vue, pour que l’initiative privée puisse prendre part au développement et à la modernisation tant du parc que du système de production du logement social.

Sans conteste, la France a besoin d'un parc locatif social fort. Sans conteste également, il est devenu impératif et urgent que la production de logements sociaux soit prioritairement orientée vers la création de logements en accession à la propriété. Celle-ci ne joue aujourd’hui que trop peu son rôle de levier sociétal.

Le code de la Construction et de l’habitation (C.C.H.) ne définit pas de terme au bail locatif social permettant, de fait, aux locataires de s’installer « à vie » dans le logement qui leur est attribué empêchant du même coup la fluidité des attributions.

En préférant, sous l’excuse de mixité sociale et de paiement de surloyers parfois, le droit au maintien dans les lieux plutôt que l’accès à la propriété pour les locataires HLM en mesure de le faire, notre pays va au devant de graves déconvenues.
Ce choix conjugué à l’augmentation démographique participe au besoin incessant de nouveaux logements locatifs sociaux.

Que sera donc la France de demain lorsque le revenu des actifs d’aujourd’hui aura fortement diminué à l’heure de la retraite ? N’y a-t-il pas là une « bombe sociale » à retardement, ou tout du moins une opportunité manquée ?
Seul, un système volontariste de production de logements sociaux en accession à la propriété est en mesure d’apporter à certaines couches de la population une solution pérenne de logement tout en permettant à l’état d’anticiper des problématiques sociales futures.

La promotion immobilière privée veut être un facilitateur du parcours résidentiel. Cela ne peut être possible que si les décideurs politiques (nationaux et locaux) lui donnent les mêmes moyens que les ESH pour bâtir des produits d'accession sociale à la propriété (PSLA, location accession.). Au rang de ces moyens, la même TVA à taux réduit, les mêmes subventions diverses, l'exonération de taxe locale d'équipement, les mêmes règles…

Encore une fois, il ne s’agit dans ces propos que d’imaginer les bienfaits d’une addition des forces pour le logement des familles modestes et des classes moyennes.

Le mouvement composé des multiples opérateurs sociaux est un élément important de notre société mais il ne pourra seul faire face aux difficultés de logements de nos concitoyens.

Il nous faut donc agir ensemble et vite, public et privé. Il est indispensable de réformer notre système.
D'ailleurs, le regard du législateur européen est exactement celui-là: le droit communautaire définit l'occupation sociale, et pas le logement social ni le producteur de logements sociaux.

Ainsi, la conception juridique qui prévaut est simple: à occupant identique, conditions règlementaires, financières et fiscales identiques. Le statut social est dicté par le profil du preneur du logement, pas par la nature de celui qui l'a construit.

Au fond, c'est un idéal de politique du logement que nous proposons, dans lequel toutes les bonnes volontés sont sollicitées pour atteindre plus vite et mieux l'objectif supérieur de loger les classes moyennes. Loin des idéologies et des clivages entre public et privé, juste avec l'obsession de servir un droit désormais constitutionnel, le droit au logement.



(1) Acteur de l'immobilier dans le Grand Ouest, Réalités intervient sur des programmes résidentiels « classiques » destinés aux primoaccédants, mais aussi sur des résidences de tourisme, résidences étudiantes, complexes hôteliers ou portage d'espaces en reconversion. Son chiffre d'affaires 2010, 41,6 millions d'euros, se répartit à 49.4% pour la construction et 50.60% pour la promotion.

Commentaires

Promoteurs privés et logements HLM : sortir de l'exclusive

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX