En direct

Projet de recherche (1/4) – Terrassement : de la bonne utilisation d’un liant hydraulique
Moutures fines, malaxages longue durée et maîtrise de la teneur en eau optimisent la résistance du sol traité. - © © terDOUEST (CETENC-IFSTTAR-LRAutun)

Projet de recherche (1/4) – Terrassement : de la bonne utilisation d’un liant hydraulique

Olivier Baumann |  le 24/04/2013  |  Produits et matérielsOuvrage d'artTravaux sans tranchéeTransportsTerrassement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Recherche et développement
Produits et matériels
Ouvrage d'art
Travaux sans tranchée
Transports
Terrassement
Technique
Bâtiment
Gros œuvre
Valider

Qu’on se le dise, la recherche collaborative dans les travaux publics est active, et ce dans toutes les spécialités : ouvrages d’art, routes, travaux maritimes, terrassements… En phase de démarrage, en cours ou récemment achevés, ils interrogent un domaine, le génie civil, dont les frontières de la connaissance sont chaque jour repoussées un peu plus loin. Exemple dans le terrassement.

Par quels mécanismes la chaux fait-elle prise avec le sol ? Peut-on réemployer tous les matériaux de déblais, même les plus revêches, comme les argiles très plastiques ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les partenaires du projet Terdouest ont voulu apporter des réponses.

L’approche théorique et expérimentale, menée aussi bien en laboratoire que sur un remblai en taille réelle truffé de capteurs, a apporté son lot de réponses. « Nous avons, par exemple, trouvé que plus la mouture d’une argile est fine, plus sa résistance est importante une fois traitée », explique Yasmina Boussafir, pilote du projet pour l’Ifsttar. Ou que les performances augmentent quand l’énergie de compactage est élevée.

Autre résultat : « Alors que les terrassiers ont tendance à limiter à 2 % le taux de chaux incorporée dans les terres, nous avons montré que le porter à 5 % améliorait significativement la résistance et la durabilité. » Autre conclusion sans appel : s’il est plus compétitif économiquement et techniquement, le traitement en place au liant hydraulique émet largement plus de gaz à effet de serre qu’une traditionnelle substitution de sol. Tous ces résultats, qui seront restitués les 18 et 19 juin à Marne-la-Vallée, devraient apporter de l’eau au moulin des entreprises de terrassement. Elles se sont fixé l’objectif, dans la convention d’engagement volontaire signée en 2009 avec l’Etat, de réemployer ou valoriser 100 % des matériaux de déblais à l’horizon 2020.

Projet Terdouest

Calendrier : 2008-2012. Budget : 4 millions d’euros. Guichet de financement : ANR (1 million d’euros). Partenaires : Ifsttar, Lhoist, CimBéton, SPTF, Egis, SNCF, Armines, Laego, IMN, Cete NC, Cermes, CRMD.

Commentaires

Projet de recherche (1/4) – Terrassement : de la bonne utilisation d’un liant hydraulique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur