En direct

Programme national de rénovation urbaine, acte II scène 1

Etienne Beurier |  le 17/06/2011  |  ArchitectureParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Aménagement
Paris
Valider

Le 14 et 15 juin se sont tenues au Palais des Congrès à Paris, les 4e Journées d’échanges des acteurs de la rénovation urbaine (JERU). L’occasion de remettre en débat la deuxième phase du Programme national de rénovation urbaine (PNRU).

« Stop ou encore ? » Telle était la question lancée par Serge Moati lors de la dernière table ronde des 4e Journées d’échanges des acteurs de la rénovation urbaine (JERU) qui rassemblaient à Paris les 14 et 15 juin élus et professionnels de la rénovation urbaine. Car si le Programme national de rénovation urbaine (PNRU) initié par l’Etat en 2003 ne se terminera qu’en 2013, c’est bien la question du PNRU 2 qui occupait tous les esprits lors de ces deux journées.

Depuis sa création l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) a d’ores et déjà engagé 8 des 12 milliards d’euros prévus pour un montant total de travaux qui devrait s’élever à 42 milliards d’euros dans les 490 quartiers signataires des conventions ANRU. Des chiffres colossaux qui ne sauraient toutefois occulter les points d’interrogation que connaît la profession quant à la mise au point du PNRU 2.
Si le ministre de la Ville et du Grand Paris, Maurice Leroy, a réaffirmé les grands objectifs de cette deuxième phase, à commencer par son existence même - travail sur la mixité et sur l’accompagnement social, coordination avec l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acsé) - l’incertitude reste entière quant aux nouveaux partenaires financiers et institutionnels envisagés. « Des négociations sont en cours qui devraient aboutir avant la fin de l’année » a simplement déclaré le Ministre. De son côté, Gérard Hamel, le Président de l’ANRU a réaffirmé qu’« il faudra arrêter les niveaux de participation des partenaires de la rénovation urbaine. Et solliciter les investisseurs privés ». Au cours de ces deux jours, le traitement de l’habitat privé grâce à un rapprochement de l’ANRU et de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) ou la participation de l’Etat, remise en cause depuis « l’étatisation » du 1% logement en 2009 est régulièrement revenue dans les débats.

De l’urbain à l’humain

Autre incertitude concernant le calendrier. Si le président de l’ANRU Gérard Hamel a « très solennellement appelé le gouvernement à lancer la deuxième phase de la rénovation urbaine », le ministre de la Ville et du Grand Paris, Maurice Leroy a pour sa part déclaré : « on verra en temps utiles. Il n’y a objectivement pas d’urgence », soulignant que les travaux du PNRU devraient encore se poursuivre sur plusieurs années. Au terme de ces JERU, un point de consensus ressort nettement : la nécessité de développer l’accompagnement social dans les quartiers touchés par la rénovation urbaine. « Si nous ne réussissons pas l’accompagnement social, tous les efforts que nous entreprenons risquent d’être vains » a conclu Gérard Hamel lors de son discours final.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dicobat

Dicobat

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur