Entreprises de BTP

Prix Moniteur de la construction 2017: les lauréats de l’Ouest et du Centre

Depuis 2001, les Prix Moniteur de la construction récompensent des PME indépendantes, souvent familiales, qui conjuguent performances économiques et sociales. Parmi les 28 entreprises régionales distinguées dans toute la France, dans quatre catégories différentes — clos-couvert, second œuvre, équipement technique et travaux publics —, quatre sont implantées dans l’Ouest et le Centre dont Macoretz, « Grand Prix » 2017, et Christian Fougeray & Cie, lauréat national dans la catégorie « Second œuvre ».

Macoretz, lauréat Clos-couvert et Grand prix

Créée en 1986 en statut coopératif par quatre associés militants de la première heure, la Scop Macoretz est restée fidèle à son engagement de départ de «vivre et travailler au pays dans un autre rapport au travail», comme l’affirme son P-DG Serge Boureau. Pourtant, depuis trente ans, l’entreprise générale de Loire-Atlantique n’a cessé de croître au rythme de six nouvelles embauches par an en moyenne, pour atteindre 188 salariés aujourd’hui. La conjoncture ayant retrouvé des couleurs, Macoretz prévoit même «une petite vingtaine de recrutements dans l’année». « La satisfaction de nos clients, le maintien d’un emploi local, l’épanouissement de chaque salarié et la réussite collective sont parmi nos valeurs essentielles» résume Serge Boureau, régulièrement réélu à la tête de l’entreprise, qui passera le flambeau dans deux ans à Xavier Lebot, l’actuel directeur général délégué. Au quotidien, ces valeurs se traduisent par l’attention portée à la formation. Celle-ci représente 4% de la masse salariale, avec des sessions sur les techniques de construction bien sûr, mais aussi la vie coopérative, voire le développement personnel. L’entreprise mise aussi sur l’apprentissage, perçu ici comme une filière d’excellence représentée notamment par Thomas Landreau, jeune apprenti en 2015 et médaillé d’or aux Olympiades des métiers en carrelage. Aujourd’hui, 21 apprentis, dont plusieurs en études supérieures, font leurs armes chez Macoretz, où 20% de l’effectif est issu de l’apprentissage.

Redistribution équitable

Depuis la création de l’entreprise, les sociétaires ont toujours souhaité une redistribution équitable des résultats. L’échelle des rémunérations est de 1 à 3,8 seulement, et les salariés peuvent toucher jusqu’à quatre mois de salaire supplémentaires (deux mois en moyenne) via un système d’intéressement. «Nous n’accordons pas de prime individuelle et personne n’est rémunéré à la commission», précise Serge Boureau, qui envisage un nouveau contrat d’annualisation qui pourrait inclure un «droit à la déconnexion».Le dirigeant en est convaincu, «un autre rapport au travail est possible». Pour cela, mais aussi pour «pérenniser l’outil de travail», l’entreprise a investi 7 millions d’euros dans un site de production intégrant 1 250 m2 d’ateliers ergonomiques conçus avec l’aide de la Carsat et de l’OPPBTP mais aussi dans un nouveau siège social. Installés dans une nef agrémentée d’une verrière et de coursives, ils ont été conçus avec le même souci d’efficacité et de bien-être au travail. Cerise sur le gâteau, ces bâtiments sont équipés d’une chaufferie bois alimentée par les déchets de l’atelier.

– Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique)

– 205 salariés

– 21,3 millions d’euros de chiffre d’affaires

 

Christian Fougeray & Cie, lauréat national Second œuvre

La saga des Fougeray démarre avec Jules à Dinan en 1909. Aujourd’hui, l’entreprise, qui intervient en peinture décoration et en restauration de patrimoine ancien, a choisi Saint-Malo comme port d’attache depuis 1969. Elle bénéficie d’une solide réputation de sérieux et de travail soigné. Cette image, elle la doit à un positionnement haut de gamme et à une volonté permanente de transmettre son savoir-faire. «Parce que nous savons que l’expérience des anciens est fondamentale, nous assurons la formation de la plupart de nos compagnons. Actuellement, nous avons 13 apprentis, 4 jeunes en contrat professionnel et 2 en insertion via le groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ)», explique Thierry Fougeray, le petit-fils de Jules, qui a su faire confiance à plusieurs cadres venus de l’extérieur et qui vient de passer la main à son fils Grégoire, âgé de 29 ans et titulaire d’un master en finances. L’entreprise compte des chantiers prestigieux comme le golf de Dinard ou le siège du groupe Roullier. «Pour la rénovation complète des thermes de Saint-Malo, nous avons pu mobiliser 70 compagnons et réaliser le chantier en deux semaines», assure Grégoire Fougeray. En 2008, l’entreprise s’est diversifiée dans la peinture industrielle en rachetant Sorespi, puis, cette année, dans les revêtements de sol avec Sol’attitude. Dans son ensemble, le groupe Fougeray pèse 11,7 millions d’euros et présente plus de 3 millions d’euros de fonds propre. Une solidité financière qui lui permet d’envisager de rassembler les trois sociétés et le showroom dans un nouveau siège social à l’horizon 2019.

– Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)

– 81 salariés

– 8,3 millions d’euros de chiffre d’affaires

 

Scetec, lauréat Equipement technique

L’état d’esprit de la Scetec est indissociable de son statut coopératif. Il est à l’origine de la création de l’entreprise en 1978 lorsqu’à la suite du dépôt de bilan de leur entreprise, 32 ouvriers décident de poursuivre l’activité sous la forme d’une Scop. Depuis cette date, la Scetec ne cesse de se développer grâce à des chantiers manceaux remarquables, tels que la centrale photovoltaïque du stade MMArena ou le Technicampus, le centre de formation de la SNCF avec un marché de 4,8 millions d’euros en génie climatique et électrique. Sur ces lots techniques, la Scop propose une large offre de services, allant de la conception (études en BIM, comme pour le siège régional du Crédit agricole) à la maintenance, en passant bien sûr par la réalisation (avec un atelier de câblage interne). La Scetec doit aussi sa prospérité à la fidélité de ses clients, comme l’enseigne Brico Dépôt qu’elle accompagne dans tous ses projets en France depuis dix ans. Pour Erik Dangremont, P-DG depuis 2007, «il n’est pas assez de bien faire, encore faut-il le faire de la meilleure manière». Cette ligne de conduite se traduit par une politique prévention remarquable et des valeurs humaines qui forment le cœur du projet d’entreprise. Ainsi, l’échelle des salaires est resserrée (de 1 à 5), les bénéfices sont largement redistribués (jusqu’à cinq mois de salaire pour un ouvrier associé) et la formation privilégiée. La Scetec compte d’ailleurs 19 jeunes en apprentissage. «C’est notre meilleure filière de recrutement», assure Erik Dangremont.

– Le Mans (Sarthe)

– 127 salariés

– 17 millions d’euros de chiffre d’affaires

 

Armor Réseaux Canalisations (ARC), lauréat Travaux publics

Créée en 1982 sous la forme d’une Scop, placée en redressement judiciaire en 2004, ARC a bien failli disparaître. C’était sans compter l’énergie de son fondateur, Paul Corduan, qui a su conserver la confiance de ses gros clients comme Orange, GRDF et ERDF (désormais Enedis). En 2010, l’entreprise s’ouvre même aux réseaux humides en décrochant un marché d’assainissement pour l’agglomération de Saint-Brieuc. Le statut coopératif des débuts ayant perdu tout sens, lorsqu’elle sort du plan de sauvegarde en 2013, l’entreprise est transformée en SAS avec l’objectif d’une transmission à court terme. Des contacts sont rapidement pris avec Stéphane Pelte, 43 ans, ex-chef d’agence chez Eiffage. Disposant de 51% du capital, cet ingénieur diplômé de l’ESITC Metz peut s’appuyer sur José Péqueno, un cadre historique qui a gravi tous les échelons de la société. Autre garant de la continuité, Paul Corduan, qui conserve 20% des parts. Très vite, le tandem Pelte-Péqueno met en place de nouvelles méthodes de management. «Nous avons tout réécrit. La première décision a été d’établir des fiches de poste et d’instaurer des entretiens annuels», se souvient Stéphane Pelte. Les salariés disposent de nouvelles tenues complètes et un nouvel accord d’entreprise précise la modulation du temps de travail (39 h, heures supplémentaires payées 15% de plus). Enfin, les dirigeants renforcent l’autonomie de la société. Un chef d’atelier a été embauché pour gérer le parc matériel d’une centaine de véhicules et ARC s’est équipé pour poser de l’enrobé et réaliser la réfection de ses propres chantiers.

– Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor)

– 71 salariés

– 11,3 millions d’euros de chiffre d’affaires

 

Prix Moniteur de la construction 2017: consultez le palmarès complet et revivez les temps forts de la cérémonie !

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X