Recherche & développement

Prix de l’innovation Vinci : répondre aux grands enjeux de demain

Mots clés : Entreprise du BTP - Innovations

Le prix de l’innovation Vinci se tient tous les deux ans et récompense les initiatives mises en place sur le terrain par les collaborateur du groupe. Les lauréats, dévoilés lors de la soirée qui s’est tenue jeudi 7 décembre à la salle Pleyel à Paris, ont suivi un processus de sélection rigoureux.

« Notre politique d’innovation veut répondre aux grands enjeux du monde d’aujourd’hui : la croissance de la population mondiale, des ressources naturelles limitées, la tendance des habitants à s’installer dans les villes, le changement climatique et dans le même temps la transformation numérique »,  pose Christian Caye, délégué développement durable et innovation au sein du groupe Vinci au moment d’annoncer les lauréats de cette neuvième édition du prix de l’innovation du groupe.

Avec plus de 5 000 participants et près de 1 900 projets présentés, le prix de l’Innovation constitue un moment fort pour le groupe Vinci et ses filiales. Les lauréats sont désignés par un jury d’experts, qui comprend le comité de direction et des personnalités extérieures, dont Fabien Renou, rédacteur en chef du Moniteur.

Pensés sur le terrain par les collaborateurs, les projets répondent à un processus de sélection rigoureux. Ils se tiennent d’abord en région, où les meilleurs sont récompensés. Vient ensuite une deuxième sélection, la finale, qui récompense 15 lauréats parmi les 51 présentés au jury cette année.  

 

Grand prix aux nouveaux fluxants

Le grand prix a été attribué à l’équipe embarquée par Frédéric Delfosse, directeur du centre de recherche d’Eurovia, pour le développement de nouveaux fluxants. D’usage courant dans les techniques routières, un fluxant est une huile légère introduite dans le bitume pour en diminuer temporairement la viscosité. Les fluxants du marché sont de trois origines : pétrochimique, pétrolière et végétale. « Issu d’un développement conjoint avec Solvay, cette nouvelle gamme, baptisée « In Road Protect », compte actuellement 40 % de composés d’origine végétale et 60 % de composés issus de nylon recyclé », résume Frédéric Delfosse. Ces produits vont être testés à travers une dizaine de chantiers courant 2018, afin de les mettre en œuvre dans des enduits superficiels, des enrobés coulés à froid, des enrobés tièdes et des enduits superficiels à chaud, notamment. Le fluxant pour enrobés à froid va passer dans les gammes de produits commercialisés par Solvay prochainement.

 

Prix « innovation de rupture » à l’hydrofraise à grippeurs

Dans la catégorie « Innovation de rupture », c’est l’hydrofraise à grippeurs qui remporte le prix. Inventée dans les années 70, l’hydrofraise est depuis devenue un standard pour la réalisation de fondations spéciales : parois moulées, barrettes… Classiquement, ces matériels sont suspendus à un engin porteur à l’aide de câbles, ce qui leur permet d’atteindre les très grandes profondeurs – jusqu’à plus de 100 m. Ce système pendulaire présente tout de même deux inconvénients : d’une part les vibrations lors du forage ne  sont pas maîtrisées et d’autre part la poussée sur l’outil est limitée au seul poids suspendu, soit 40 t, ce qui empêche de forer les roches plus dures. Pour remédier à ces inconvénients, la filiale Solétanche-Bachy a développé une version d’hydrofraise à grippeurs. Ce nouvel outil est constitué de deux modules : le premier, grâce à des grippeurs, s’ancre sur le terrain pendant la perforation. Le second, qui fore, vient coulisser par rapport au module d’ancrage grâce à de puissants vérins. « Avec cette innovation, nous pouvons nous attaquer à des horizons rocheux très durs tout en limitant l’usure et les casses », indique Serge Borel, directeur technique de Solétanche-Bachy. Une hydrofraise à grippeurs est déjà employée sur le chantier des Ardoines de la ligne sud du Grand Paris Express. Une autre est en construction et sera déployées prochainement en Asie du sud-est.

 

Prix diffusion pour City App

Dans la catégorie « Diffusion », c’est l’appli de pilotage de la ville intelligente, City App, qui a été primée. Conçue à l’origine pour faciliter la maintenance du réseau d’éclairage public et primée lors de la précédente édition des prix Vinci en 2015, City App s’est largement enrichie en deux ans. De nouvelles fonctionnalités ont ainsi vu le jour, comme la supervision des bornes de recharge électrique ou la maintenance des caméras de surveillance. L’innovation a été diffusée auprès des autres entités du groupe, ce qui a permis à Eurovia de l’adapter à ses métiers d’entretien de voirie, grâce à l’agrégation de données issues d’appli citoyennes ou fournies par les collectivités locales. « Avec City App, nous sommes attributaires pressentis pour la gestion de 80 000 points lumineux à Canberra en Australie », indique Alain Guillaume, qui accompagne le développement des projets à l’international pour Omexom – la marque de Vinci Energies spécialiste des projets de production, de transport, de transformation et de distribution d’énergie. « Il s’agit d’un marché d’une durée de 7 ans qui doit permettre de mettre en place des passerelles avec des applis citoyennes, des échanges avec leur système d’information géographique (SIG) et la base de données de la ville », poursuit-il.

 

Quinze prix au total

Outre ces prix emblématiques, plusieurs récompenses ont été décernées, dont :

Le prix « sécurité » dans la catégorie « Diffusion » a été attribué aux chantiers statiques sous circulation, une procédure de protection des chantiers routiers.

Le prix « Sécurité » dans la catégorie « matériels et outils » revient à Caviar, un véhicule capable de gravillonner en marche avant.

Le prix « développement durable » récompense le recyclage des enrobés recyclés de deuxième génération. Une procédure qui ouvre la voie au recyclage « infini » des enrobés.

Le prix « Partenaires » dans la catégorie « marketing et services », revient aux procédures collaboratives mises en place à Fos-sur-Mer, afin d’évacuer les 400 000 t de déblais de la partie souterraine du tramway de Nice sans qu’un seul camion ne traverse la ville. En l’occurrence, les déblais seront évacués par voie maritime.

Le prix « Transformation digitale » dans la catégorie « procédés et techniques » a été attribué à la réalité augmentée au service de la maintenance industrielle. Il répond à la difficulté que rencontrent les ingénieurs pour résoudre rapidement une panne de machines industrielles de plus en plus complexe. Le service consiste à mettre en place un service d’assistance à distance basé sur la réalité augmentée.

Le prix « procédés et techniques » récompense les équipes britanniques de Freyssinet qui ont osé soulever les arches vieillissantes d’un pont en maçonnerie. Une opération inédite de modification structurelle du patrimoine existant.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X