En direct

Prix de l’Equerre d’argent 2012 : pôle petite enfance, La Trinité (Alpes-Maritimes)

MARGOT GUISLAIN |  le 26/11/2012  |  ArchitectureAlpes-MaritimesPrix d'architectureEducationCommunication

Le pôle petite enfance de La Trinité (Alpes Maritimes), conçu par l'agence Cab (Jean-Patrice Calori, Bita Azimi et Marc Botineau), a été distingué le 26 novembre par le prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2012. Pensé comme un ouvrage d’art reliant deux quartiers en fort dénivelé, ce pôle participe à la recomposition urbaine du secteur?: une architecture comme une suture entre la ville haute et la ville basse.

À quelques kilomètres de Nice, La Trinité est desservie par une route départementale bordée d’entrepôts et de grandes surfaces commerciales. En continuité, l’hypermarché Auchan constitue un point de repère important dans la ville. C’est en face, de l’autre côté de la voie de circulation, que s’implante le nouveau pôle petite enfance conçu par l’agence CAB.  Il abrite une crèche collective et familiale, et quelques locaux annexes (accueil enfants-parents, relais assistantes maternelles avec salle de formation). Ses architectes – Jean-Patrice Calori, Bita Azimi et Marc Botineau – ont mis à profit l’attractivité du centre commercial, considéré comme un espace  de rencontre à part entière, pour donner à la crèche la stature d’un équipement public capable de jouer un rôle dans la requalification urbaine du secteur. Pour cela, le terrain, bien que de petites dimensions, a fourni de belles opportunités dont les architectes se sont saisis.



Une réponse à la topographie



Situé en fond de parcelle, l’édifice est en effet précédé  d’un jardin public aligné sur la rue, jusqu’à présent délaissé,  et qui, en devenant le prolongement naturel de l’équipement, reprend vie. Par ailleurs, fichée dans la pente de la colline, la crèche absorbe l’important dénivelé existant entre le jardin et la route en surplomb. Ce faisant, elle établit une liaison, visuelle et physique, entre la ville haute – le secteur résidentiel de La?Trinité – et la ville basse qui s’étend jusqu’au centre commercial. L’allée et les escaliers extérieurs d’accès au pôle petite enfance constituent également un cheminement piétonnier public qui relie les deux quartiers, le parvis d’entrée au bâtiment devenant un palier intermédiaire dans cette progression. La toiture est également mise à contribution en tant que parc de stationnement. Ce dispositif architectural, où le bâtiment sert de contrefort à la poussée des terres en même temps qu’il favorise la circulation des personnes, s’apparente aux ouvrages d’art que l’on retrouve en grand nombre dans le relief accidenté des Alpes-Maritimes. Les architectes y ont puisé leur inspiration, jusqu’à l’emploi du béton brut omniprésent.

«Nous n’avons pas cherché à singer l’univers de l’enfance par l’emploi de la couleur ou la mise en œuvre de volumes expressifs à l’échelle des tout petits; ces procédés répondent d’ailleurs à l’angoisse des parents et non à celle des enfants», explique Jean-Patrice Calori. En effet, la volumétrie générale, faite d’une imbrication de plans horizontaux et verticaux, est avant tout une réponse à la topographie du site, dont découlent directement les qualités spatiales des locaux. En témoigne la galerie de distribution, adossée au mur de soutènement, dont la double hauteur, la grande paroi en béton, telle une cimaise, et la lumière zénithale évoquent davantage un musée d’art contemporain qu’un cocon pour enfants. La palette de matériaux est réduite au strict minimum?: le béton brut comme matière première, lasuré ou texturé par des banches de bois?; l’acier des garde-corps, dessinés au plus efficace (barreaudage vertical sans lisse horizontale), ainsi que celui des menuiseries, très fines, et sans pont thermique (fabrication suisse); le bois pour le mobilier et certains éléments de second œuvre; la résine des sols souples dans les salles occupées par les enfants. Là, les baies vitrées s’éclipsent totalement en coulissant dans les noyaux porteurs, faisant de ces pièces des sortes de «?grottes?» en béton, généreusement ouvertes sur la cour, à l’abri de la chaleur.

Retrouver ce bâtiment sur la base de données communautaire de l'architecture contemporaine Architopik.com, en cliquant ici.

Fiche Technique

Maîtrise d’ouvrage?: Ville de La?Trinité?; Sivom du val de Banquière, maîtrise d’ouvrage déléguée.

Maîtrise d’œuvre?: Jean-Patrice Calori, Bita Azimi,  Marc Botineau (CAB Architectes)?; Giancarlo Ranalli, chef  de projet?; Martel et Michel, paysagiste?; Artemis, économiste?; Turra, BET structure?; Enerscop, BET génie climatique et BET courants forts et faibles.

Surface?: 1?287?m2 Shon.

Coût?: 3,56?millions d'euros HT (aménagements extérieurs inclus).

Commentaires

Prix de l’Equerre d’argent 2012 : pôle petite enfance, La Trinité (Alpes-Maritimes)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX