En direct

« Privilégier l’échange sur le projet de Notre-Dame-des-Landes »

Propos recueillis par Jean-Philippe Defawe |  le 26/04/2013  |  France entièreNotre-Dame-des-LandesCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Notre-Dame-des-Landes
Collectivités locales
Valider
Grand Ouest -

Alors que les rapports des trois commissions ont confirmé (avec de nombreuses recommandations) la pertinence du projet de transfert de l’aéroport Nantes Atlantique sur le site de Notre-Dame-des-Landes, Christian de Lavernée fait le point sur ce dossier sensible.

Le comité de pilotage et celui de suivi des engagements de l’Etat se sont réunis le 17 avril. Quel en a été l’état d’esprit ?

Tout le monde a envie que ces quatre mois de trêve se poursuivent dans un climat qui privilégie l’échange, et même si ça prend quelques mois de plus. Nous avons balayé les recommandations et j’ai assisté à une vraie tension entre ceux qui préconisent de réaliser les travaux issus des recommandations, afin de dissiper les zones d’ombres, et les porteurs du projet qui s’inquiètent d’un glissement de leur légitimité. Les collectivités ne veulent pas faire plus que ce que la loi leur impose et refusent, par exemple, de financer des études sur un réaménagement du site actuel de Bouguenais. Il y a une volonté du gouvernement de répondre à toutes les observations et recommandations de la commission du dialogue, mais il faut préciser que les recommandations des experts ne sont pas des décisions politiques. Nous avons l’obligation de les examiner et de nous positionner. Les décisions seront prises tantôt par l’Etat, tantôt par les collectivités qui ont la légitimité. C’est donc un réglage fin entre la légitimité et l’ouverture nécessaire voulue par le Premier ministre.

Quand seront pris les arrêtés « loi sur l’eau » ?

Nous ne le savons pas car nous construisons ce chemin d’examen et de procédure pas à pas. Nous devrons d’abord, durant deux mois, réaliser un premier cycle de travaux, notamment des relevés complémentaires en matière d’eau et de biodiversité. Nous passerons au peigne fin les recommandations sur les réserves foncières, la réduction des parkings… Au début du mois de juin, je pense qu’on pourra répondre à la question : quand tombent les autorisations ? C’est à ce moment-là que l’on pourra mesurer l’impact sur les travaux, sur le contrat de concession et les éventuels avenants.

Quid des recommandations du collège des experts scientifiques ?

Ce point est juridiquement plus complexe car il s’agissait de lever les réserves de la commission d’enquête « loi sur l’eau ». La commission d’expert nous dit avec clarté quels sont les points à satisfaire et comment les lever. Nous sommes là dans un processus quasi réglementaire. Les services instructeurs s’en saisiront. Enfin, un conseil scientifique était prévu dans la concession, antérieurement à la commission du dialogue. Il est temps de le constituer.

PHOTO - 720028.BR.jpg
PHOTO - 720028.BR.jpg - © Préfecture de Loire-Atlantique

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur