En direct

Prime transports
PHOTO - MON5468P03.pdf - ©

Prime transports

Philippe MARTIN, 73230 Les Déserts |  le 29/09/2008  |  ÉvénementtransportTechnique

La prime transports a des effets négatifs et contraires aux objectifs du développement durable.

Votre éditorial est très encourageant : il traduit une évolution remarquable d’un hebdomadaire dont l’image semblait plus proche du soutien aux routes, et donc aux automobiles, et aux professionnels du bâtiment, très conservateurs du fait de l’immense effort de formation qu’il faudra bien consentir pour qu’ils soient tous aptes à recommander et à mettre en œuvre des techniques modernes, en évolution permanente, associant confort, économies d’énergie et coût acceptable.

Mais, s’agissant de la prime à la cuve, l’éditorial ne va pas jusqu’au bout du raisonnement. Non seulement cette mesure réduit l’incitation à changer d’énergie et à isoler son logement pour réduire le coût du chauffage, mais elle est socialement injuste : elle ne bénéficie qu’à ceux qui n’ont pas encore pu ou voulu faire le bon choix, en laissant de côté ceux qui ne maîtrisent pas les performances énergétiques de leurs logements (par exemple tous les locataires d’HLM), et ceux qui ont la chance, ou ont fait l’effort, de disposer d’un mode de chauffage plus économique (par exemple ceux qui consacrent une partie de leurs loisirs à se procurer le bois nécessaire à leur chauffage). Toute aide ciblée sur une catégorie de dépense déresponsabilise ses bénéficiaires et génère des injustices considérables. La collectivité doit aider ceux qui ont les revenus les plus faibles, et pas seulement ceux dont certains postes de dépenses sont anormalement élevés.

Le cas de la prime de transport est plus complexe : elle a sans doute un effet positif en réduisant l’incitation des entreprises à s’installer en dehors des périmètres de transport urbain pour échapper à la taxe VRT, mais elle a plusieurs effets négatifs, et contraires aux objectifs du développement durable :

– elle désespère tous ceux qui militent pour un arrêt de l’étalement des agglomérations par de l’habitat peu dense, et pour un développement des transports urbains.(...)

– elle n’encourage pas à une homogénéisation des performances économiques des réseaux de transport urbain, en imposant aux entreprises, à travers le taux uniforme de 50 %, de payer d’autant plus qu’un réseau de transport est plus coûteux pour l’usager, soit parce que le réseau est mal géré, soit parce qu’il est moins aidé par le contribuable. (...)

Retrouvez l’intégralité de ce courrier sur lemoniteur-expert.com (rubrique points de vue).

Commentaires

Prime transports

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur