En direct

Prime d'activité, travaux dangereux : François Rebsamen défend l'apprentissage
François Rebsamen aux XVe Assises sénatoriales de l'apprentissage. - © © P. Pichère

Prime d'activité, travaux dangereux : François Rebsamen défend l'apprentissage

Pierre Pichère |  le 05/03/2015  |  EtatApprentissageTravail

Après trois séquences d'échanges entre apprentis et sénateurs, le ministre du Travail François Rebsamen a fait l'éloge de cette voie de formation et de la politique du Gouvernement en sa faveur en côture des XVe Assises sénatoriales de l'apprentissage.

"Dès le 5 mai, l'employeur n'aura plus à demander à l'Inspection du travail une autorisation pour les travaux dits dangereux", a rappelé François Rebsamen, ministre du Travail, en clôture des XVe Assises de l'apprentissage le 4 mars. Il lui suffira d'une déclaration allégée, à condition que l'apprenti ait été préalablement formé au travail en sécurité, soit au CFA, soit par l'entreprise. Une évolution très attendue par le secteur, qui fait de la lourdeur réglementaire l'une des causes principales du repli du nombre d'apprentis enregistré ces dernières années, en particulier dans le BTP.

Prime pour l'emploi et RSA activité

Autre confirmation ministérielle, celle des propos tenus le matin-même dans la presse : François Rebsamen militera dans les semaines qui viennent pour que le nouveau dispositif, né de la fusion annoncée par Manuel Valls de la prime pour l'emploi et du RSA activité, soit aussi ouvert aux apprentis. "Parce que vous êtes des actifs", a souligné le ministre, dans un discours en forme d'éloge à l'apprentissage, considérée comme une voie de formation d'excellence mais aussi de voie d'intégration à la République.

Lenteur

Dans les débats qui ont précédé le discours de François Rebsamen, le président du Sénat Gérard Larcher, celui de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA) et les sénateurs ayant participé aux tables-rondes ont toutefois souligné le retard français. Répondant à une question d'un apprenti sur la prise en charge du logement et du transport de l'apprenti lorsque le CFA et l'entreprise sont éloignés l'un de l'autre (et parfois aussi de la résidence principale du jeune), l'ancien ministre de l'Artisanat et président du Conseil régional de Bourgogne François Patriat a d'ailleurs rappelé que les mêmes questions se posaient déjà lorsqu'il était aux affaires, dans le Gouvernement Jospin. Une mise en perspective qui relativise les déclarations d'amour à l'apprentissage, passage obligé de tous les responsables politiques.

Commentaires

Prime d'activité, travaux dangereux : François Rebsamen défend l'apprentissage

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX