En direct

Primault fait de l’intégration de ses salariés hongrois une priorité

Caroline Gitton |  le 08/06/2012  |  Politique socialeApprentissage BTPIlle-et-Vilaine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Politique sociale
Apprentissage BTP
Ille-et-Vilaine
Valider
Formation -

Confrontée à une pénurie de personnel, l’entreprise Primault, spécialisée dans le revêtement de sols (Saint-Jacques-de-la-Lande, Ille-et-Vilaine), s’est tournée vers la main-d’œuvre hongroise en embauchant six salariés entre 2011 et 2012. « Nous les avons recrutés pour leurs compétences dans les métiers du sol, mais aussi pour leur désir de s’intégrer », explique Claire Guerinel, responsable RH de cette entreprise de 42 salariés. Les nouvelles recrues ne maîtrisaient pas la langue française : Primault a mis en place une démarche d’accompagnement. Les salariés ont ainsi été épaulés pour trouver un logement. Avec l’appui de son conseiller Constructys (ex-Aref BTP), l’entreprise a en outre organisé, en novembre dernier, des formations dites « français langue étrangère » sous forme de cours du soir. L’un des principaux objectifs : permettre aux salariés hongrois de mieux communiquer avec les interlocuteurs du chantier. « Les conducteurs de travaux ne sont pas toujours derrière les salariés, pointe Claire Guerinel. Or l’autonomie passe par la maîtrise de la langue. » Ces sessions de formation doivent aussi les aider à s’intégrer dans leur vie privée. « Cela demande du temps, mais c’est une belle action à mettre en place. Les salariés comme l’entreprise y trouvent leur compte. »

Favoriser l’échange avec les autres salariés

Les formations prendront fin en juillet, et s’ils ne parlent pas encore couramment le français, les salariés hongrois ont gagné en autonomie. Plus besoin, désormais, de communiquer avec des gestes pour se faire comprendre. « Les salariés parviennent à formuler des phrases et même, de plus en plus, à avoir des communications téléphoniques. » Ce n’est qu’une première étape. « Nous mettrons d’autres actions en place. » Il s’agit notamment de mixer les salariés hongrois, jusqu’alors accoutumés à travailler en binôme, avec les salariés français sur les chantiers. « Ces actions s’inscrivent pleinement dans notre démarche RH. Une fois dans l’entreprise, nous nous efforçons de les fidéliser. » Certains salariés travaillent chez Primault depuis près de quarante ans.

PHOTO - 646758.BR.jpg
PHOTO - 646758.BR.jpg - © David ADEMAS/Le MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur