Droit Social

Prévention : comment mettre en place une délégation de pouvoirs

L’employeur peut déléguer une partie de son pouvoir de direction en matière d’hygiène et de sécurité à un salarié plus proche du chantier. Un exercice à manier avec précaution. Le point sur les règles essentielles à connaître pour mettre en place une délégation de pouvoirs.

Qui peut déléguer et à qui ?

La délégation de pouvoirs ne peut émaner que du chef d’entreprise (le délégant), investi des pouvoirs de direction et de contrôle. Il ne peut déléguer ses pouvoirs qu’à un salarié de l’entreprise (le délégataire) se trouvant en lien de subordination, et non à un tiers, par exemple un bureau d’études. Dans le cadre d’un groupe toutefois, le dirigeant d’une société mère peut déléguer ses pouvoirs en matière d’hygiène et de sécurité pour l’ensemble des sociétés du groupe à un membre d’une filiale placé sous son autorité hiérarchique. Mais il doit conserver un pouvoir de contrôle sur le délégataire, ne serait-ce que pour pouvoir lui retirer sa délégation en cas de difficulté.

Quels sont les enjeux d’une délégation ?

Elle permet, en cas d’infraction à la réglementation du travail, et sous certaines conditions, d’exonérer l’employeur de sa responsabilité pénale. Le délégataire sera alors tenu pénalement...

Vous devez être abonné au Moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X