Réalisations

Près de Rennes, une église en béton blanc signée Alvaro Siza

Mots clés : Béton - Établissements de culte, funéraire

La Bretagne n’avait plus bâti d’église depuis 1971. Dimanche 11 février, Monseigneur Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo, consacrera Anastasis, la nouvelle église de Saint-Jacques-de-la-Lande. Un petit bijou de poésie et de lumière imaginé par Alvaro Siza.

 

Cette nouvelle église, la première à voir le jour au XXIe siècle ne sera pas faite de granit, mais d’un béton blanc immaculé, le matériau de prédilection du grand maître qui l’a imaginée: Alvaro Siza. L’architecte portugais a déjà réalisé plusieurs églises et chapelles, mais n’avait jamais construit de bâtiment en France. Associé à l’architecte Jean-Pierre Pranlas-Descours (maître d’œuvre de la ZAC de Saint-Jacques) pour l’exécution, Alvaro Siza, âgé de 84 ans, s’est fortement impliqué en fournissant pas moins de 600 plans de détails.

 

Dessiner avec la peur au ventre

 

La genèse du projet remonte à quelques années déjà. En 2009, en tant que maître d’œuvre de la ZAC de Saint-Jacques-de-la-Lande, Jean-Pierre Pranlas-Descours présente les intentions du projet à Alvaro Siza. A savoir: bâtir un édifice sacré certes, mais également un lieu modulable et ouvert sur la vie du quartier. Cette ébauche de programme crée l’étincelle. L’architecte portugais se met aussitôt à dessiner. «On commence toujours un tel projet avec la peur au ventre ! Nous avons tant de siècles d’églises merveilleuses, déclarait-il lors de la pose de la première pierre le 28 novembre 2015. Cependant, la liturgie a considérablement changé et, de fait, la conception de l’espace historique de l’église aussi.»

 

La mairie, l’église

 

La maîtrise d’ouvrage, le diocèse de Rennes, a choisi d’implanter ce projet non loin de la mairie de Saint-Jacques-de-la-Lande (conçue par LAN Architecture) et juste à côté des restes d’une chapelle datant du XVIIIe siècle. Visible depuis l’axe Rennes-Redon, l’édifice de 650 m2 et haut de 12 mètres a trouvé sa place sur une petite parcelle de 400 m2 très contrainte, au cœur d’un îlot urbain. De nombreux défis ont dû être relevés par l’entreprise Léon Grosse comme la pose d’une toiture coulée en place en béton armé de 15 mètres de portée libre et intégrant une verrière, ou encore la réalisation de voiles de grande hauteur en béton blanc architectonique (12,5 mètres et 7,5 mètres en courbe porte-à-faux).

 

Surprise intérieure

 

Pour l’Archevêque de Rennes, l’ouvrage «invite à entrer pour découvrir le mystère qui est à l’intérieur». De fait, le rez-de-chaussée est occupé par des salles d’animations, ouvertes par de larges baies vitrées sur les immeubles voisins et le futur aménagement paysager. En montant à l’étage, c’est la surprise en découvrant la salle de prière, une vaste pièce circulaire au sol en marbre blanc et dont le plafond carré contribue à créer des effets de lumière remarquables.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X