En direct

Près de Metz, un lotissement héliotrope
- © © Yohan Zerdoun

Près de Metz, un lotissement héliotrope

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 13/07/2017  |  Meurthe-et-MoselleAménagementBâtimentLogementMoselle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Meurthe-et-Moselle
Aménagement
Bâtiment
Logement
Moselle
Architecture
Technique
Valider

A parcelle ingrate et environnement hétérogène, trente-cinq logements lumineux : des maisons et des appartements qui flirtent avec le soleil. Signé, Atelier Martel...

A Homécourt - bourgade de Meurthe-et-Moselle de 6 000 âmes - en lisière de forêt, le long d’une départementale, une récente opération de trente-cinq logements intermédiaires inaugure le développement du nouveau quartier du Bois de la Sarre, au nord-ouest de la commune. Le site? Une parcelle fraîchement déboisée autour de laquelle gravitent, en ordre dispersé, une petite zone d’activités, un collège, une maison de retraite, ainsi qu’un complexe sportif avec, de l’autre côté de la départementale, un quartier résidentiel de maisons en bande.

- © © Yohan Zerdoun

«A l’origine, l’aménageur voulait une barre…» soupire Laurent Noël, architecte de l’Atelier Martel (Paris). Magie de la négociation et de la persuasion aidant, les architectes ont réussi à privilégier pour les dix-neuf maisons individuelles et seize appartements les archétypes de l’architecture périurbaine : maisons accolées, façades enduites, toits double pente en zinc, jardins privatifs. Une apparence de banalité qui compose avec le «déjà là», en vue de faciliter l’appropriation des lieux par ses habitants.

- © © Yohan Zerdoun

Mais cette (fausse) banalité n’est pas synonyme de facilité, tant s’en faut. Et cette banalité apparente n’exclut ni l’inventivité ni, a fortiori, la qualité. Compact et rationnel, le projet développe donc un principe d’implantation en bandes qui optimise les orientations est-ouest des logements et permet de minimiser, en s’en détournant, les nuisances sonores en provenance de la départementale. Chaque bande construite panache ainsi une alternance de cinq maisons avec garage attenant avec un petit immeuble collectif de quatre appartements. Ces quatre petits immeubles en R+3, qui bornent les accès du nouveau quartier, lui confèrent son échelle particulière, réellement intermédiaire.

- © © Atelier Martel

Le plan-type de l’unité de base - une lanière étroite et profonde de 15,50 m sur 3,60 m - permet de proposer un volume qui développe une double hauteur dans la pièce à vivre, ouverte par des baies généreuse sur le jardin au sud. Des baies déclinées selon les pièces : double baie dans les séjours en double hauteur, grandes fenêtres en étage, circulations communes éclairées en lumière naturelle, loggias en guise de pièces extérieures pour observer le grand paysage...

Maîtrise d’ouvrage : Meurthe et Moselle Habitat. Maîtrise d’œuvre : Atelier Martel (Stéphane Cachat, Marc Chassin et Laurent Noël). BET : Egis bâtiment (TCE), CPC (économiste). Surface : 3000 m² Shon. Coût des travaux : 3,8 M€ HT.

Des cadres préfabriqués

La rationalisation de l’implantation, comme la combinatoire d’éléments identiques, ont permis d’optimiser les coûts de construction et d’investir, en contrepartie, dans des matériaux et des détails soignés. Soucieux de développer une écriture contemporaine ancrée dans la tradition, l’atelier Martel s’est particulièrement intéressé au dessin de la fenêtre.
Les façades d’Homécourt - équipements, logements ouvriers, etc. – ont, en effet, en commun des baies bordées par encadrements de pierre en saillie. Une identité liée à la proximité des carrières de Jaumont, d’où est extrait, depuis le Moyen Age, le calcaire jaune des édifices de la région, cathédrale de Metz comprise.
Le projet a revisité ce détail en développant, avec l’entreprise Compobaie, des cadres en béton préfabriqués. Assemblés en usine, ces éléments comprennent les menuiseries, l’occultation par volet roulant dont le coffre est dissimulé dans le cadre, le cadre lui-même et dans certains cas le garde-corps ajouré qui forme claustra et protège l’intimité des loggias. Un motif ornemental évocateur de celui de la Cité Radieuse de Briey (Le Corbusier, 1961) édifiée à un jet de pierre d’Homécourt…

- © © Atelier Martel

Commentaires

Près de Metz, un lotissement héliotrope

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur