Economie

Près de 5 % de croissance pour le bâtiment en 2017

Amorcée en 2016, la reprise s’est accélérée dans le bâtiment en 2017. Tirée par la construction de logements neufs, l’activité a ainsi progressé de 4,7 % en volume, a annoncé la Fédération française du bâtiment mardi 19 décembre. Et pour la première fois depuis des années, le non résidentiel neuf repart à la hausse.

Joyeux Noël et bonne année ! Le secteur du bâtiment s’apprête à passer des bonnes fêtes et peut regarder vers 2018 sereinement. En effet, à en croire les derniers chiffres de la Fédération française du bâtiment publiés mardi 19 décembre, la reprise de l’activité, démarrée en 2016, a accéléré cette année : + 4,7% en volume.

Principal moteur comme toujours : le logement neuf. « La production associée s’affiche en progression de 12,8 %, en ligne avec celle du nombre de logements commencés (+11,8 %) qui atteint près de 410 000 unités », note la FFB. Autre voyant au vert, après plusieurs années de repli, le non résidentiel neuf « retrouve enfin de la vigueur, avec une activité en hausse de 3,7 % ».  Quant à au secteur de l’amélioration-entretien, habituel parent pauvre, il a connu « une belle année », se réjouit la FFB, avec une hausse de 1,4 % de la production en volume, « notamment grâce aux bons résultats de la rénovation énergétique du logement qui a bénéficié d’un puissant CITE ».

Conséquence l’emploi dans le bâtiment s’est enfin redressé en 2017. « Environ 20 000 postes ont été créés, soit 9 000 salariés et 11 000 intérimaires en équivalent-emplois à temps plein ».

Petite ombre au tableau cependant, « faute de redressement des prix bâtiment, les marges des entreprises restent très faibles, ce qui ne leur permet guère de se reconsolider, après huit ans d’une lourde crise », souligne la FFB.

 

Sur la lancée en 2018

 

Heureusement, les entreprises pourront profiter de l’année à venir pour consolider leur situation. Car dans un contexte d’inquiétudes nées des premières orientations du projet de loi de Finances (baisse des APL, transformation du CITE en prime qui ne concernerait plus les portes et les fenêtres), la FFB est optimiste pour 2018. « Les diverses mesures de la Loi de finances relatives à l’immobilier ne pèseront encore qu’à la marge sur l’activité en 2018, portée par l’élan pris en 2017 », veut croire la Fédération qui anticipe une croissance de l’activité de 2,4 % en volume, un essor de la construction neuve (+3,4 % pour le logement, + 8,9 % pour le non-résidentiel) ; et, sur la lancée de 2017, la création d’environ 30 000 postes (salariés et intérimaires en ETP).

Seul bémol évidemment : l’amélioration-entretien devrait pâtir de la révision du CITE et des baisses de loyers dans le secteur HLM.

« Les années 2019 et 2020 seront vraisemblablement plus difficiles, malgré les mesures structurelles positives annoncées dans le cadre de la future loi pour l’Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dont la pleine efficacité ne se fera ressentir qu’à partir de 2021 », conclut la FFB.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X