En direct

« Premières certifications vertes pour des gares TGV »

Propos recueillis par Christiane Perruchot |  le 09/12/2011  |  France entièreCollectivités localesRhôneCôte d'OrNièvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Collectivités locales
Rhône
Côte d'Or
Nièvre
Doubs
Valider
Alsace/Bourgogne/Franche-Comté -

Deux jours avant la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, Frédéric Michaud, directeur du développement de Gares & Connexions (SNCF), présente les deux dernières gares construites sous maîtrise d’ouvrage de la SNCF, avant le passage de relais à Réseau ferré de France.

Quelles évolutions apportent les gares de la LGV Rhin-Rhône ?

Les gares de Besançon-Franche-Comté et de Belfort-Montbéliard incarnent une conception plus aboutie en termes de services, intermodalité et développement durable. La belle architecture se conjugue avec le confort des usagers et une concentration de services immédiatement accessibles. Les gares Rhin-Rhône sont les premières certifiées haute qualité environnementale. Un audit extérieur a validé des objectifs définis dès la conception. Les choix énergétiques - panneaux photovoltaïques, isolation, portes ouvrantes pour éviter la déperdition de chaleur - répondent au souci d’exploitation des bâtiments de voyageurs, par définition énergivores. La connexion des gares Besançon-Franche-Comté TGV et Viotte montre l’exemple d’une utilisation intelligente du réseau existant.

Le partenariat avec les collectivités locales, particulièrement poussé pour la modernisation de la gare du centre-ville de Besançon, ne complique-t-il pas le jeu ?

Les projets partenariaux exigent du temps pour mûrir, en raison de l’enchevêtrement des enjeux fonctionnels, fonciers et économiques. Gares et Connexions a endossé le rôle d’ensemblier pour faire aboutir un projet partagé par tous les organisateurs de transport autour de la gare Viotte. La question foncière est réglée, y compris les terrains de la Sernam et le réaménagement du parking. Les travaux démarrent en 2012 avec plusieurs maîtres d’ouvrage : la SNCF pour le bâtiment voyageurs et le parking, les collectivités locales pour les aménagements extérieurs.

Confirmez-vous que les gares Rhin-Rhône sont les dernières réalisées sous maîtrise d’ouvrage de la SNCF ?

L’Etat a décidé de confier la maîtrise d’ouvrage des gares nouvelles à Réseau ferré de France. Gares et Connexions en restera le gestionnaire, associé à l’élaboration des programmes.
Nous concentrons désormais notre énergie sur les gares existantes des grandes agglomérations. C’est un chantier énorme et permanent. Ainsi, les neuf gares connectées à la ligne Rhin-Rhône bénéficient de 22 millions d’euros de travaux de modernisation respectueux de l’architecture préexistante.

PHOTO - 606447.BR.jpg
PHOTO - 606447.BR.jpg - © Patrick ARTINIAN /Le Moniteur
La LGV Rhin-Rhône fait toujours débat

En débat public jusqu’au 31 janvier 2012, la ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon (Pocl) s’est invitée à une rencontre sur la LGV Rhin-Rhône, animée par « Le Moniteur » au salon Entreprissimo, le 25 novembre à Dijon. L’opportunité de désenclavement que ce projet offre à l’ouest de la Bourgogne, en particulier pour la ville de Nevers, crée une sérieuse concurrence aux deux autres branches du projet Rhin-Rhône.
Les 3,5 milliards d’euros d’investissements nécessaires à la branche ouest, pour rejoindre la LGV Paris-sud-est par la traversée de l’agglomération dijonnaise, interpellent Michel Bernard, vice-président de la CCI Côte-d’Or. Pour Michel Neugnot, vice-président du conseil régional de Bourgogne, la Pocl réduit l’utilité de la branche sud. La réhabilitation de la ligne voyageurs Paris-Lyon-Marseille et de la ligne de fret de la Bresse n’est-elle pas plus opportune, s’interroge Denis Thomas, conseiller général et président de l’association Dijon Côte-d’Or Bourgogne TGV ? Au contraire, Philippe Trimaille, président du club TGV de Mulhouse, et Didier Martin, vice-président du Grand Dijon, réaffirment la vocation européenne du projet à trois branches de la LGV Rhin-Rhône.
Les retombées immédiates font en revanche l’unanimité. Vincent Martin, président du club TGV de Dijon, Thierry Bregnard, chef du service de l’économie du canton du Jura-Suisse, comme le Mulhousien Philippe Trimaille se réjouissent des nouvelles proximités interrégionale et transfrontalière.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur