En direct

Premier semestre contrasté pour Vinci
Xavier Huillard, P-DG de Vinci - © ©Luc BENEVELLO/VINCI

Premier semestre contrasté pour Vinci

O.B. |  le 01/08/2014  | 

S'il bénéficie d'un résultat opérationnel en hausse, le groupe Vinci voit son chiffre d'affaires diminuer légèrement au premier semestre 2014 (-1,3%). Les bonnes performances des concessions autoroutières et aéroportuaires ne compensent qu'en partie les activités de construction, qui ont marqué le pas au deuxième trimestre notamment en France.

Les résultats des six premiers mois de l'année 2014, présentés par Vinci le 1er août font ressortir un chiffre d'affaires de 18,5 milliards d'euros, en légère diminution (à structure réelle) par rapport au 1er semestre 2013 (- 1,3%). Le résultat opérationnel sur activité (Ropa) s'établit à 1,5 milliard (8,3% du CA) et affiche une progression de 3,6%. Quant au résultat net, il affiche une progression spectaculaire (+77% à 1,3 milliard) liée à l'ouverture du capital de Vinci Park à hauteur de 75% en juin dernier. Cette opération exceptionnelle a dégagé une plus-value de cession nette de 690 millions d'euros. Sans cet élément "non-courant",  le résultat net ressortirait à 753 millions d'euros, soit une progression plus modeste (1%).

La construction en France pâtit des baisses des budgets des collectivités locales

Dans les activités de construction ("contracting") - qui couvrent les activités de Vinci Energies, d'Eurovia, et de Vinci Construction - ,  le chiffre d'affaires s'établit à 15,6 milliards d'euros. Soit une baisse de 3,2%  à structure réelle, en raison de la déconsolidation du groupe belge CFE intervenue en décembre 2013. Ropa et Ebitda baissent respectivement de 13,7% et 17,2%.

La France représente 59% de l'activité construction du groupe avec un chiffre d'affaires de 9,2 milliards d'euros, en baisse de 1,8% à structure réelle. Dans le détail, après une bonne tenue au premier trimestre, l'activité s'est largement dégradée au deuxième (- 6,6% à structure réelle). Xavier Huillard explique cette chute par la superposition de facteurs conjoncturels -la période post-électorale n'est jamais favorable à la construction- et structurels. Le P-DG de Vinci constate sur ce point "les effets cumulés des difficultés d'accès aux financement pour les collectivités territoriales, des baisses de dotations de l'Etat aux collectivités, et de l'attentisme découlant de l'incertitude sur les contours de la réforme territoriale".

Vinci Construction : 7,6 milliards de CA (-6% à structure réelle)

Après un premier trimestre stable, l'activité de Vinci Construction a chuté au deuxième trimestre, pour des raisons conjoncturelles et structurelles (voir plus haut). En France, l'activité bâtiment, même si l'immobilier résidentiel ralentit, compense une contraction dans les travaux hydrauliques et le génie civil, même si le chantier de la LGV SEA soutient encore l'activité. A l'international, Vinci Construction connaît des difficultés sur ses chantiers au Royaume-Uni, notamment sur celui du tramway de Nottingham, "où les erreurs se sont accumulées", indique Xavier Huillard, qui précise qu'il a mobilisé Bruno Dupety, directeur international du groupe, ainsi que des cadres de Vinci Construction France pour remettre l'activité Outre-Manche "sur les rails". Au global, le Ropa de Vinci construction chute de 33,5% par rapport au premier trimestre 2013.

Vinci Energies : 4,4 milliards de CA (-1,4% à structure réelle)

Chez Vinci Energies, l'activité est contrastée. En France, les situations sont différentes d'une région à l'autre, mais l'activité est en légère diminution. A l'international, l'Indonésie, les Pays-Bas, la Pologne, la Suisse sont en croissance, tandis que l'Allemagne est en léger recul et que le sud de l'Europe (Espagne et Portugal) chute plus nettement. "Vinci Energies envisage de nouvelles acquisitions en Europe, au Brésil et dans la zone Asie-Pacifique", indique Xavier Huillard sans plus de précisions.

Eurovia : 3,6 milliards de CA (+1,1% à structure réelle)

C'est Eurovia qui s'en tire le mieux pour l'activité "contracting". La France a bénéficié des bonnes conditions météo du début d'année et des travaux ferroviaires sur les LGV SEA et Est. Mais les prises de commandes ralentissent au 2ème trimestre et les perspectives sur le marché domestique sont inquiétantes, comme le rappelait récemment au Moniteur Pierre Anjolras, P-DG d'Eurovia. A l'international, des restructurations ont été menées avec succès en Allemagne et en Pologne. Le Royaume-Uni voit la montée en puissance des contrats de maintenance. Côté Amériques, Xavier Huillard indique que l'activité ralentit au Québec mais grimpe de plus de 20% aux Etats-Unis. Le P-DG de Vinci prévoit de réaliser prochainement des acquisitions "aux Amériques", là encore sans plus de précisions.

Concessions : 2,85 milliards de CA (+10,7% à structure réelle)

Après son désengagement de l'activité parkings, Vinci mise sur les concessions autoroutières et aéroportuaires. "Les autoroutes reprennent de la couleur", se réjouit Xavier Huillard. Le trafic  a augmenté de 2,8% au global, celui des poids-lourds de 2%. Si bien que les recettes de péage ont augmenté de 4%. Combinées avec "une bonne maîtrise des charges d'exploitation", ces augmentations conduisent à un Ebitda de 1,54 milliard d'euros, qui représente 70,1% du chiffre d'affaire de Vinci Autoroutes.

Rappelons que le groupe détient maintenant 100% du capital de ses réseaux, après le rachat en janvier de la participation de 16,67% au capital de Cofiroute détenue par Colas.

Côté concessions aéroportuaires, Vinci Airports a bénéficié d'une hausse de 8,9% du trafic passagers. "Nous allons dépasser les 45 millions de passagers sur l'année", prévoit Xavier Huillard.  L'acquisition d'ANA a permis d'ouvrir 76 nouvelles lignes au Portugal.

Une contraction du chiffre d'affaires pour 2014

"Si la part des concessions dans notre chiffre d'affaires global augmentait, nous serions heureux ; si les activités de Vinci Energies, de génie civil spécialisé et d' "Oil & Gas" progressaient dans l'activité contracting, nous serions heureux aussi. Et si toutes ces activités se déroulaient encore davantage à l'international, nous serions évidemment encore plus heureux". Une synthèse en forme de perspectives dessinées par Xavier Huillard. Plus précisément, dans les concessions, la progression du trafic, tant aéroportuaire qu’autoroutier, devrait se poursuivre au deuxième semestre mais à un rythme moins soutenu. Sur l’ensemble de l’année 2014, le groupe table sur des hausses de trafic supérieures à 5 % pour Vinci Airports et de l’ordre de 2 % pour Vinci Autoroutes.

En France, la situation du secteur du bâtiment et des travaux publics s’est dégradée au deuxième trimestre. Une accentuation de la baisse des commandes publiques a été constatée suite aux élections municipales, alors que la relance attendue du marché de l’immobilier résidentiel ne s’est pas encore manifestée. Conséquence logique : une diminution des prises de commandes. Le plan de relance autoroutier, qui devrait générer 3,6 milliards d'euros de travaux, n'a quant à lui pas encore été validé par la Commission européenne, dont l'avis, attendu mi-juillet, a finalement été repoussé à octobre.

A l’international, la situation est plus contrastée : si les tendances de fond restent porteuses, particulièrement hors d’Europe, l’activité pourrait connaître un certain tassement au deuxième semestre, notamment du fait du phasage de certains grands projets hors d’Europe.

Au global, Vinci anticipe désormais, pour l’ensemble de l’exercice 2014 une légère contraction du chiffre d’affaires (à structure comparable) et une progression du résultat opérationnel sur activité résultant, d'une part, de l'amélioration de la contribution des concessions et, d'autre part, d’un ralentissement de la construction, impacté par les difficultés rencontrées dans la construction au Royaume-Uni. Dans ce contexte, l’accélération du développement de Vinci à l’international, tant dans les concessions que dans le contracting, reste l’axe prioritaire de la stratégie.

Commentaires

Premier semestre contrasté pour Vinci

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX