Réalisations

Prague menacé par des inondations sans précédent depuis cent ans

Des milliers de Praguois ont été évacués mardi de plusieurs quartiers de la capitale tchèque menacée par des inondations sans précédent depuis cent ans.
La dernière inondation du siècle, comparable à celle actuellement en cours, avait frappé Prague en 1890, ont indiqué des hydrologues.
Le président Vaclav Havel a décidé mardi d’écourter ses vacances de trois semaines au Portugal pour retourner à Prague, a annoncé son porte-parole, Ladislav Spacek.
L’Académie Straka, siège du gouvernement tchèque, a figuré parmi les bâtiments évacués mardi. Le cabinet du Premier ministre Vladimir Spidla a été obligé de déplacer sa réunion extraordinaire consacrée aux inondations au Palais Hrzan, situé sur la colline de Hradcany surplombant la capitale.

Les ministres ont accordé 1,15 milliard de couronnes (quelque 37 millions d’euros) aux opérations de sauvetage et aux premières réparations des dégâts provoqués par les inondations.
Le cabinet a confirmé l’état d’urgence proclamé lundi par le Premier ministre Spidla à Prague et dans quatre autres régions, dans le sud et l’ouest du pays. En plus, ils ont décidé de l’état d’urgence dans une nouvelle région, celle d’Usti-nad-Labem (nord), menacée prochainement de fortes inondations.

L’état d’urgence a été proclamé à Prague lundi, en même temps que dans quatre autres régions, situées dans le sud et l’ouest du pays.
Plusieurs quartiers de Prague étaient privés d’électricité mardi après-midi, en raison de risques d’inondation de centrales de transformation. Les transports urbains sont devenus gratuits, mais plusieurs stations du métro praguois ont été fermées et le trafic des tramways fortement réduit et détourné.
Les hôpitaux de Kralupy (20 km au nord de Prague) et Na Frantisku, au coeur de Prague, avec plusieurs centaines de patients, ont été évacués dès lundi soir.

Le jardin zoologique de Troja, l’un des premiers quartiers touchés par la crue, recherchait mardi une embarcation capable de déplacer des animaux, notamment des gorilles et rhinocèros, selon le porte-parole du zoo, Vit Kahle. Une évacuation avec un hélicoptère était également envisageable, a-t-il estimé.
Le trafic ferroviaire a été interrompu mardi en fin de matinée à la gare Masaryk qui dessert les lignes de banlieue et régionales. Par contre, la gare centrale de Prague, située plus haut, restait en service.
Plusieurs autres villes tchèques, notamment Ceske Budejovice et Pilsen, chefs-lieux de la Bohême du Sud et de l’Ouest, restaient fortement inondées mardi et de nombreuses routes et lignes ferroviaires secondaires étaient rendues impratiquables par les eaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X