Transport et infrastructures

PPRS 2018 : Toutes les routes mènent à Nice

Mots clés : Réseau routier

La deuxième édition du Pavement Preservation Recycling summit (PPRS) se tiendra à Nice du 26 au 28 mars. Pendant trois jours, plus de 1000 personnes en provenance d’une soixantaine de pays partageront leurs expériences concernant le double défi auquel est confronté le secteur routier : entretenir le réseau, tout en se préparant à l’émergence de nouvelles mobilités.

 

« Partout dans le monde, le constat est partagé : la route se dégrade, ce qui a des conséquences en termes de sécurité, de service, mais aussi sur la vie sociale et économique des territoires. » En évoquant cet état de fait, Jacques Tavernier, président du Pavement Preservation & Recycling summit (PPRS), rappelle que cette préoccupation autour de l’entretien des réseaux routiers était déjà au cœur de la première édition de ce congrès international, il y a trois ans. Et surtout qu’il est toujours d’actualité à la veille de l’ouverture du deuxième PPRS.

Pendant trois jours, du 26 au 28 mars, toute la chaîne intervenant dans le domaine routier sera réunie à Nice : décideurs publics, entreprises, organisations professionnelles, associations et représentants d’usagers. Les organisateurs (1) attendent plus de 1 000 personnes en provenance d’une soixantaine de pays pour partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques. Un événement multiacteur attendu par les professionnels, « car c’est la seule manifestation mondiale sur la route », estime Pascal Tebibel, directeur Prospective du groupe Colas.

 

Entretien et adaptation aux mobilités de demain au programme

 

En 2015, la première édition s’attachait surtout à dresser le constat, à soutenir l’importance de l’entretien des réseaux routiers pour sensibiliser les décideurs publics. Depuis, la route est redevenue un sujet d’actualité notamment en France : « Les Assises de la mobilité ont permis de centraliser la réflexion et de mettre en avant le rôle de la route et la nécessité qu’elle soit en bon état, équipée, et modernisée », notamment pour accueillir les mobilités de demain, note Pierre Calvin, président de Routes de France. Ainsi, une double problématique émerge pour le secteur : remettre à niveau un réseau qui se dégrade, tout en accompagnant et préparant l’avenir.

La thématique de ce nouveau PPRS reflète ainsi les deux aspects. « D’une part, un volet maintenance, plus axé sur les solutions – comment procéder, sanctuariser les moyens affectés, optimiser la gestion du patrimoine… -, explique Jacques Tavernier. D’autre part, un autre plus prospectif », plus tournée vers l’innovation et l’adaptation aux nouveaux usages.

 

3 plénières, 15 conférences et des ateliers

 

Trois séances plénières, une par jour, rythmeront le congrès. En ouverture, la route sera appréciée d’un point de vue politique. Au côté de Jacques Tavernier se succèderont à la tribune Elisabeth Borne, ministre des Transports, Claude Van Rooten, président de l’Association mondiale de la route (AIPCR), Young Tae Kim, secrétaire général du Forum international des Transports (ITF – OCDE), Frédéric Beauchef, vice-président de la Sarthe représentant l’Association des départements de France, Christian Estrosi, maire de Nice et président de la métropole Nice-Côté d’Azur, ou encore Masafumi Mori, vice-ministre japonais en charge des transports.

Le 27 mars, la conférence plénière se demandera comment mieux communiquer sur la gestion du patrimoine routier. Cinq témoins venus de cinq pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Etats- Unis) évoqueront leur expérience en la matière. Enfin, en clôture le 28 mars, Xavier Huillard, P-DG du groupe Vinci, François Poupard, directeur général de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) ou encore Partrick Mallejacq pour l’Association mondiale des routes partageront leur point de vue sur la thématique « la route : une réponse à la mobilité de demain ? ».

En parallèle, dans l’Agora, les entreprises et autres professionnels disposeront d’un espace d’exposition et proposeront des ateliers pour partager leur savoir-faire et leurs avancées techniques. Et tout au long des trois jours, quinze conférences à la fois techniques (économie circulaire, l’industrie au service de la route durable…), politiques (rôle de l’Etat et des collectivités, modèles de financement, l’usager au cœur de l’action publique…) et organisationnelles (mise en place de systèmes de gestion du patrimoine routier, accroître l’efficience de l’exploitation…) permettront d’évoquer les bonnes pratiques et les innovations à travers le monde. Le but, pour Jacques Tavernier, est « que chacun s’inspire des expériences des autres ».

 

Chiffres-clés

L'industrie de la route en France

1 42O entreprises

87 OOO salariés

12,4 milliards d’euros de chiffres d’affaires en France en 2O17 (+2% en volume)

Une activité qui a chuté de 30% depuis 2OO8

(1)    Cette nouvelle édition du PPRS est organisée par Routes de France, l’ERF (Fédération européenne de la route), ITF (Forum international des Transports), l’AICPR (Association mondiale de la route), et l’Idrrim (Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X