PPRS 2018 : la loi d’orientation sur les mobilités présentée en mai

La deuxième édition du Pavement Preservation & Recycling summit (PPRS) s’est ouverte ce 26 mars, à Nice. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, n’a finalement pas fait le déplacement sur la Côte d’Azur, mais cela n’a pas empêché François Poupard, directeur général des Infrastructures, des Transports et de la Mer, de faire quelques annonces concernant la loi d’orientation sur les mobilités.

Partager
PPRS 2018 : la loi d’orientation sur les mobilités présentée en mai
François Poupard, directeur général des Infrastructures, des Transports et de la Mer, lors de la plénière d'ouverture du PPRS, à Nice.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, était attendue à Nice, ce 26 mars, afin d’assister à la séance d’ouverture du Pavement Preservation & Recycling summit (PPRS). Mais « elle a été retenue à Paris car la réforme ferroviaire l’occupe beaucoup », s’est excusé François Poupard, de la Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM) venu la représenter. Malgré l’absence de la ministre, il a tenu à donner quelques informations sur la loi d’orientation sur les mobilités (LOM).

Ainsi, alors que le bruit d’un report à l’automne courait depuis quelques semaines, François Poupard a assuré que le projet de loi serait présenté en conseil des ministres courant mai, pour une première lecture au Parlement avant l’été. En termes de programmation des infrastructures, il explique que « le choix le plus probable s’oriente vers un scénario médian [soit vers le scénario 2 proposé par le Conseil d’orientation des infrastructures, NDLR]», comme s’y attendent les professionnels des transports. Dans ce projet de loi, une place importante sera consacrée à la route, promet-il, puisqu’Elisabeth Borne a érigé les déplacements du quotidien en priorité. Ce qui passera par l’entretien des réseaux, notamment routiers.

Le réseau routier, premier patrimoine public français

« Nous avons 21 000 km de routes nationales, sur le million de kilomètres que représente le réseau en France, l’un des plus denses en Europe, explique-t-il. S’il ne compte que pour 2% du réseau, il accueille 1/3 du trafic. » Insistant sur le rôle important de la route dans la vie économique et sociale, il rappelle que le réseau national non-concédé (environ 12 000 km) a principalement été construit au cours des cinq décennies passées et qu’il constitue « le premier patrimoine public » (130 Mds€).

Alors que la LOM s’appuiera sur les travaux du Conseil d’orientation des infrastructures (COI), il précise l’importance du travail qui a été engagé par l’instance présidée par Philippe Duron. Il a permis de mettre « la maintenance et la régénération des infrastructures et de la route au cœur des priorités, quel que soit le scénario choisi », en proposant des financements sur les cinq et même les vingt prochaines années. Une nécessité, selon François Poupard, qui constate comme toute la profession que « notre patrimoine vieillit alors que les besoins augmentent ». Et d’évoquer ainsi les routes, mais également les ouvrages d’art « qui ont une durée de vie de 80 ou 100 ans, mais dont le défaut d’entretien dans les 50 premières années de leur vie a mené à une plus forte dégradation ». Il appelle d’ailleurs à la mise en place d’un grand plan de régénération des ponts et des viaducs dans les prochaines années, « rendu obligatoire au regard des graves problèmes qui sont devant nous ».

Par ailleurs, la LOM intégrera un plan de dessertes et d’aménagements divers, « avec des travaux peu coûteux », et des investissements seront fléchés vers « la route nouvelle génération, connectée et communicante ». François Poupard confie ainsi un espoir : « redonner à la route le droit et le devoir d’innover et d’anticiper les besoins de demain ».

Péages urbains, contrats de partenariat et vignette poids-lourds

Des promesses qui ne pourront se concrétiser que si la question du financement des infrastructures trouve une réponse. Le directeur général de la DGITM laisse entendre que la LOM pourrait permettre de « moderniser l’ensemble des outils », en donnant l’opportunité, par exemple, aux collectivités locales de mettre en place des péages urbains ou des contrats de partenariat sur « l’ensemble des infrastructures, et pas seulement des ouvrages d’art ». La ministre est également favorable à un système de vignette pour les poids-lourds, afin que le financement des infrastructures repose davantage sur une tarification d’usage plutôt que sur le contribuable. Objectif : « sanctuariser les financements sur le réseau non-concédé, en faire évoluer les modes, et développer notre réseau routier national », selon François Poupard.

« Nous devons inscrire une trajectoire financière pour l’entretien de nos routes sur le moyen et le long terme, fait valoir le directeur général de la DGITM, pour avoir une plus grande visibilité sur l’ensemble de la vie d’un ouvrage. La route est le support de toute notre activité humaine et économique. Ne faisons pas comme sur le rail, où nous avons attendu trop longtemps pour entretenir le réseau. Nous devons donner les moyens à la route de vivre la seconde moitié de sa vie. » Une conclusion qui ne peut que ravir les professionnels réunis lors de cette deuxième édition du PPRS.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

974 - ST PIERRE

Acquisition de véhicules de transport en commun de type minicars.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil