En direct

Pourquoi les ventes des promoteurs baissent

Sophie Vincelot |  le 25/05/2018  |  BâtimentLogementLogement socialRhôneConjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Logement
Logement social
Rhône
Conjoncture
Immobilier
Technique
Valider
Logement neuf -

Faire contre mauvaise fortune bon cœur. « Le marché du logement reste dynamique en termes de volume, avec une appétence pour l'immobilier qui ne faiblit pas », veut croire Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Pourtant, les réservations de logements neufs accusent une forte baisse au premier trimestre 2018 (- 10,2 % par rapport aux trois premiers mois de 2017). Un ralentissement très accentué sur les ventes en bloc (- 19,3 %), portées aux trois quarts par le secteur HLM. « Après une explosion des ventes au dernier trimestre 2017, la demande des bailleurs sociaux baisse », décrypte Marc Villand, vice-président de la FPI. Le phénomène s'explique par l'impact de la hausse de la TVA à 10 % (contre 5,5 % jusque-là) sur la production neuve, qui renchérit le coût des programmes ; la baisse des APL, qui réduit les capacités d'investissement des organismes ; et le projet de loi Elan qui oblige les bailleurs à se regrouper d'ici à 2021, s'ils gèrent moins de 15 000 HLM.

Bailleurs sociaux en berne. Problème pour les promoteurs : la vente au détail ne contrebalance pas la baisse des réservations des bailleurs sociaux. Au contraire, elle l'accentue puisqu'elle recule de 9,4 % au premier trimestre. Cette baisse qui concerne autant les particuliers investisseurs (- 7,4 %) que les accédants (- 11,4 %) est directement liée à la hausse des prix (+ 3 % sur un an). Celle-ci « écarte les acheteurs les plus modestes », estime Marc Villand.

Même les mises en vente reculent (- 14 %) ! Selon la FPI, la raréfaction du foncier est en cause. Ainsi, des zones très tendues comme Lyon et l'Ile-de-France affichent des reculs spectaculaires. Le peu d'empressement de certains maires à se lancer dans de nouveaux projets plombe également le marché. « La proximité des élections locales de 2020 freine les décisions d'urbanisme », note la FPI. Autant de phénomènes qui la poussent à rester prudente sur les anticipations. « Nous faisons face à une équation complexe, à plusieurs inconnues, comme la capacité du monde HLM à s'organiser pour acheter de nouveau, mais aussi le comportement de nos acheteurs face à une éventuelle baisse des prix », conclut Alexandra François-Cuxac.

PHOTO - 13134_799582_k2_k1_1886393.jpg
PHOTO - 13134_799582_k2_k1_1886393.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur