Le moniteur
Pourquoi les têtes thermostatiques connectées sont si utiles en collectif
- © © Netatmo

Pourquoi les têtes thermostatiques connectées sont si utiles en collectif

PASCAL POGGI |  le 16/11/2018  |  ChauffageDomotiqueBox domotiqueVanne thermostatique100 % eau et énergie

Près d’une vingtaine de fabricants proposent des têtes de robinets thermostatiques radio-commandées. Elles résolvent élégamment une situation frustrante dans les immeubles collectifs. Et permettent de parler à son radiateur.

Blyss, Caleffi, Comap, Danfoss, DIO, Eurotronic Comet, EVE, Fibaro, Heimeier, Honeywell, Innogy, Kieback&Peter, MAX!, Netatmo, Oventrop, Popp, Smartwares, Tado, Viessmann, les marques blanches de certains distributeurs comme Leroy-Merlin… Autant d’offres de têtes radio pour robinets thermostatiques disponibles sur le marché français.

Sur le même sujet Amazon investit dans Tado

Seuls Giacomini et IMI TA n’ont pas encore franchi le pas de la tête thermostatique radio. IMI TA propose bien le programmateur électronique E-Pro qui se monte sur chaque radiateur entre le corps du robinet et la tête thermostatique. Mais ce n’est pas un appareil connecté : il faut programmer chaque appareil manuellement.

Des têtes thermostatiques, un thermostat programmable centralisé et une application


Pour le client final, le schéma d’utilisation est toujours le même. Sur chaque radiateur, des têtes thermostatiques radiocommandées, obéissent à un thermostat d’ambiance programmable centralisé. Le plus souvent, ce thermostat d’ambiance fait aussi office de passerelle vers la box Internet, soit en WiFi, soit en réseau Ethernet. Le fabricant propose une application pour Smartphone, qui, le plus souvent, existe à la fois sur Android (tous les smarphones sauf Apple) et iOS (Apple). Attention, certains fabricants, comme Eve, limitent leur offre à une appli iOS et à une compatibilité avec HomeKit d’Apple.

Sur le même sujet Logement connecté : Comap absorbe Qivivo, une pépite du thermostat intelligent


Ce schéma global offre quantité de possibilités aux utilisateurs. Ils peuvent programmer le chauffage radiateur par radiateur, pièce par pièce en regroupant dans l’appli les radiateurs de chaque pièce, voire zone par zone en opérant d’autres regroupements. Certaines applis, particulièrement bien conçues, gèrent une mutation des zones selon le calendrier. Les zones pièces à vivre et chambres, utilisées durant la semaine, se rassemblent en une zone unique durant le week-end, par exemple. Toutes les applications savent gérer le hors-gel, les périodes de vacances, etc. Et, fin du fin, une part croissante de ces offres, celles de Innogy, Netatmo, Tado, par exemple, sont compatibles avec Alexa d’Amazon, avec Google Assistant ou Apple HomeKit : l’utilisateur final peut parler à son radiateur. Et lui demander de baisser ou d’augmenter la température, d’arrêter ou de mettre en route le chauffage.

Sur le même sujet Tado° et Viessmann, la start-up et le chaudiériste

Avec ou sans piles


Du point de vue technique, ces têtes radio-commandées sont alimentées par piles ou bien pratiquent de la récolte d’énergie et se passent de pile. Si les têtes embarquent des piles, l’autonomie indiquée par leurs fabricants varie de 5 à 10 ans. Netatmo indique 10 ans d’autonomie pour ses têtes thermostatiques à pile. L’autre solution, la récolte d’énergie, a été décrite par l’association enOcean et incorporée dans son protocole de communication sans fil et sans pile. Une différence de température de 2K entre la température de l’eau dans le radiateur et la température ambiante dans la pièce, associée à un composant polymère générant un effet Peltier, produit suffisamment d’électricité pour faire fonctionner la tête thermostatique, pour recevoir les ordres radio – en protocole enOcean – envoyés par le thermostat d’ambiance centralisé, pour acquitter l’exécution des ordres en répondant par une autre message radio, etc. Deux fabricants seulement semblent utiliser la solution enOcean de récolte d’énergie pour l’instant : Oventrop et Micropelt. Oventrop propose les têtes thermostatiques « Aktor MH CON B » en version à piles (Réf. 1150665 ) ou sans pile avec récolte d’énergie enOcean (Réf. 1150765 ). Dans les deux cas, ces têtes communiquent avec le thermostat centralisé radio « R-Tronic RT B » en enOcean. Le thermostat est alimenté par piles. L’allemand Micropelt vend sa solution à plusieurs acteurs en Europe. En France, ses têtes thermostatiques sans fil et sans pile enOcean sont fabriquées par Decelect et commercialisées par Ubiwizz. Elles sont aussi intégrées dans l’offre effi’Up.

Toutes sortes de protocoles de communication


Effi’Up regroupe plusieurs entreprises françaises : Avidsen, fabricant d’objets connectés pour le bâtiment intelligent, Nodon, également fabricant d’objets et d’accessoires pour le logement connecté, Overkiz, plateforme d’intégration d’objets connectés, Vestapro, distributeur de matériel pour le Smarthome et le Smartbuilding, Ubiant, plateforme de services connectés et Airria, leader en installation et maintenance des systèmes communicants. Ensemble, ils proposent sous la marque Effi’Up, une solution pour les logements équipés de chauffage individuel électrique (700 € HT fourni et posé par logement), une pour le chauffage individuel à eau chaude (environ 1000 €) et une troisième pour le chauffage collectif (1200 €). Les deux dernières offres utilisent les têtes thermostatiques sans fil sans pile Micropelt. Mais ces têtes et celles d’Oventrop sont conforme au protocole de communication enOcean : elles correspondent au profil EEP (enOcean Equipment Profile) A5-20-01.

Sur le même sujet Logement connecté : Legrand met la main sur Netatmo, la pépite française de l’IoT

Toutes les autres box compatibles avec enOcean sont capables de les piloter, notamment la box eedomus ou TaHoma de Somfy. D’autres fabricants utilisent différents protocoles de communication entre leurs têtes radio-commandées et leur thermostat programmable centralisé ou leur box : Z-Wave, dans le cas de Danfoss, Zigbee pour plusieurs marques dont Netatmo. EvoHome de Honeywell fait appel à un protocole propriétaire en 868 MHz entre les têtes et la box EvoHome. Celle-ci communique ensuite en WiFi avec la box internet du logement.

Pour la maison individuelle, mais surtout pour le collectif


La solution de têtes thermostatiques radio-commandée est intéressante en maison individuelle. Elle englobe le chauffage à eau chaude, même de vieilles installations, dans l’univers domotique. Il faut s’assurer que la solution retenue est compatible avec la box domotique de la maison s’il en existe déjà une. Sinon, dans le cas d’une nouvelle installation domotique, la plupart des box peuvent, via des extensions, parler tous les protocoles sans fil, dont les trois principaux du marché en France : ZigBee, Z-Wave et enOcean.
Mais l’intérêt est particulièrement net dans le cas du chauffage collectif. En France, plusieurs millions de logements sont chauffés par des systèmes collectifs avec une colonne différente pour chaque radiateur : cinq radiateurs, cinq colonnes différentes. Il n’est alors pas possible de piloter le chauffage de manière centralisée dans chaque logement. Il faut régler chaque radiateur, à la main. Deux solutions techniques sont disponibles pour parvenir à une commande centralisée du chauffage dans les appartements. Premièrement, refaire la distribution collective en créant une boucle de chauffage par logement. Ceci implique de lourds travaux et un coût important pouvant atteindre 7 000 à 10 000 € HT/logement. Deuxièmement, installer des têtes thermostatiques radio-commandées. L’intervention est alors très légère : chaque tête de robinet de radiateur est remplacée par une tête radio-commandée. Le thermostat programmable/box centralisé est posé et raccordé au secteur, soit une demi-heure en tout au maximum, sans percement, sans passage de câble, sans aucune dégradation du logement. Ensuite, la configuration de l’installation pour que les têtes reconnaissent la commande centralisée et que celle-ci soit vue par la box internet du logement en WiFi, prend bien dix minutes au total. Le client final installe l’application sur son smartphone, l’installateur lui-explique comment elle fonctionne, soit encore 10 minutes. Si Alexa et Google Home sont installés dans le logement, il faut encore quelques minutes de configuration. En moins d’une heure, une solution très avancée et connectée de pilotage du chauffage est installée dans un logement dont les radiateurs sont alimentés par des colonnes différentes.

Commentaires

Pourquoi les têtes thermostatiques connectées sont si utiles en collectif

Votre e-mail ne sera pas publié

Gg

04/12/2018 06h:35

Clin d’œil !!

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Presse - Vente au n°

Prix : 35.00 €

Voir

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur