Immobilier ancien : pourquoi la hausse des prix se poursuit-elle ?
Les prix des maisons et des appartements dans l'ancien sur un an. Baromètre LPI-SeLoger, mai 2020. - © LPI-SeLoger

Immobilier ancien : pourquoi la hausse des prix se poursuit-elle ?

Marie-Noëlle Frison |  le 25/05/2020  |  ImmobilierFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Immobilier
France
Valider

Malgré l'effondrement de l'activité immobilière durant le confinement, le prix moyen des logements anciens a atteint, fin avril, 3571 € /m², soit une augmentation de plus de 5 % sur les douze derniers mois. Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, explique ce paradoxe. 

On s’y attendait. Le dernier baromètre LPI-SeLoger le confirme, chiffres à l'appui. Le confinement a lourdement impacté les transactions immobilières de logements anciens.

Chute historique

Au mois d’avril 2020, dans un marché paralysé (agences immobilières, banques et études notariales fermées, suspension des visites physiques), le nombre de compromis signé en France est en retrait de 82,9 % sur une année glissante. En rythme trimestriel glissant, le recul est estimé à 47,9 %.

"Une telle chute n’avait encore jamais été constatée par le passé : même lors du déclenchement de la crise des « subprimes » au cours de l’été 2008", précise Michel Mouillart, professeur d’économie et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

"Même si un rebond « technique » de l’activité pourrait s’observer dans les prochaines semaines, la demande de logements anciens aura des difficultés à vraiment se ressaisir d’ici l’été. Et dans le contexte d’une récession économique sans précédent depuis la Libération, la reprise du marché de l’ancien va être lente", souligne le spécialiste.

Baisse des ventes sur tout l'Hexagone

Quant aux ventes à proprement parler, elles sont également en forte baisse. Cette tendance s’observe sur tout l’Hexagone, avec des nuances régionales.

Le repli de l’activité a été plus rapide (de 50 % à 55 %, en glissement annuel) en Aquitaine, Bretagne, Haute Normandie, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, PACA et Rhône-Alpes.

En revanche, les 4 régions (Auvergne, Bourgogne, Champagne-Ardenne et Limousin) où la hausse des prix avait été plus modérée qu’ailleurs, par le passé, résistent mieux, affichant une baisse des ventes mesurée de l’ordre de 35 % en glissement annuel). « Paradoxalement, la chute a pu paraître plus limitée sur des territoires qui n’avaient pas forcément attiré l’attention par la vigueur des évolutions passées », note Michel Mouillart.

La raréfaction de l'offre alimente les tensions sur les prix

Malgré l’effondrement des transactions durant le confinement, la hausse des prix s’est poursuivie. En avril 2020, les prix signés, mesurés en niveau annuel glissant, ont ainsi augmenté de 5,2 % sur un an, contre 3,6 % il y a un an à la même époque.

« Un tel rythme de progression des prix ne s’était pas observé depuis la fin de l’hiver 2012 », observe Michel Mouillart.« La déformation de la structure du marché constatée depuis le début de l’année se poursuit. Les ménages qui réalisent les achats les moins onéreux (en prix au m² ou en prix du lot) ont quitté le marché proportionnellement plus que les autres, renforçant mécaniquement le déplacement de la courbe des prix vers le haut. Et la chute de l’activité qui est synonyme de raréfaction de l’offre, alimente les tensions sur les prix dans un contexte de pénurie », explique Michel Mouillart.

Les maisons individuelles boostées

Les prix des maisons individuelles, dont la demande a été boostée durant le confinement, continuent de progresser plus vite que celui des appartements.

Cette tendance, déjà palpable avant la crise, s’est encore renforcée dans plusieurs métropoles. A Montpellier, Nancy et Toulouse, la cote des maisons individuelles a grimpé de 8 à 9 % sur un an tandis qu’à Brest, Grenoble, Rennes et Strasbourg, les hausses s’établissent entre 11 et 15 % sur un an.

Commentaires

Immobilier ancien : pourquoi la hausse des prix se poursuit-elle ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur