En direct

Pourquoi Eiffage entre au capital de Getlink, l’ex-Eurotunnel
Eiffage réalise déjà 18% de son chiffre d'affaires dans les concessions. - © © Eiffage.

Pourquoi Eiffage entre au capital de Getlink, l’ex-Eurotunnel

Florent Maillet, avec AFP |  le 18/12/2018  |  EntreprisesTransportsInternationalConcessionsConcession

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Transports
International
Concessions
Concession
Eiffage
Vie du BTP
Majors du BTP
Valider

Eiffage élargit son portefeuille de concessions dans le ferroviaire, en acquérant plus de 5% de l’exploitant du tunnel sous la Manche pour 307,5 M €. Getlink gère chaque année plus de 20 millions de passagers entre la France et le Royaume-Uni.

Eiffage diversifie son portefeuille dans les concessions et cible le ferroviaire. Le géant français, surtout exploitant d’autoroutes en France, a annoncé lundi 17 décembre 2018 dans la soirée son entrée au capital de Getlink, ex-Eurotunnel, qui exploite  le tunnel sous la Manche.

Dans le détail, Eiffage a acquis 5,03% du capital, soit 4,33% des droits de vote, pour un investissement de 307,5 millions d'euros, financé "sur sa trésorerie disponible", précise le groupe dirigé par Benoît de Ruffray. Autrement dit, l’opération n’est pas financée par l’emprunt. Getlink est concessionnaire du tunnel sous la Manche jusqu’en 2086 et « un acteur clé des infrastructures de mobilité en Europe », fait valoir Eiffage, dans un communiqué.

18% du chiffre d'affaires dans les concessions


Le groupe, qui réalise 18% de ses 15 Mds € de chiffre d’affaires annuel dans les concessions, en grande partie dans les autoroutes (plus de 2000 km gérés, via notamment APRR), a indiqué dans un communiqué vouloir être "un investisseur de long terme de Getlink" et se réserver "la possibilité de poursuivre ses achats en fonction des conditions de marché".

"Cette opération s'inscrit dans la stratégie d'Eiffage visant à diversifier son portefeuille de concessions, déjà fort de nombreuses participations dans des infrastructures de transport en Europe, ainsi qu'à en allonger la durée", poursuit-il.

Atlantia, premier actionnaire de Getlink

De son côté, Getlink gère chaque année plus de 20 millions de passagers, 1,6 million de camions, 2,6 millions de voitures et 25% du commerce de biens entre le Royaume-Uni et l'Europe continentale. Il contrôle aussi Europorte, premier opérateur privé de fret ferroviaire en France, et ElecLink, une future interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne passant par le tunnel sous la Manche.

En mars 2018, le gestionnaire italien d'autoroutes Atlantia (dont dépend Autostrade per l'Italia, société gestionnaire du pont qui s'est effondré le 14 août à Gênes) était devenu le premier actionnaire de Getlink avec l'acquisition de 15,49% de son capital.

Getlink a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 1,033 milliard d'euros, en petite hausse de 0,9% sur un an, porté par une bonne tenue des navettes et un record de trafic des trains à grande vitesse Eurostar.

Commentaires

Pourquoi Eiffage entre au capital de Getlink, l’ex-Eurotunnel

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur