En direct

Pour vendre de la domotique, il faut la proposer au client, estiment les entreprises d'installation électrique
La domotique, un marché enfin en explosion ? - ©

Pour vendre de la domotique, il faut la proposer au client, estiment les entreprises d'installation électrique

Florent Lacas |  le 12/06/2014  |  Paris

La chambre syndicale des entreprises d'équipement électrique (CSEEE) organisait, à Paris le 11 juin, une journée de débats au sujet du marché de la domotique. L'occasion de lancer un message fort aux adhérents du CSEEE présents : pour vendre des solutions de domotique, il faut les proposer aux clients.

"Cela fait trente ans que j'entends que le marché de la domotique va exploser. Je crois que ce temps est arrivé." Ce sont les propos de Jean-Luc Tuffier, président de la chambre syndicale des entreprises d'équipement électrique (CSEEE), tenus lors d'une journée de débats qui a eu lieu à Paris, le 11 juin, sur le thème "Domotique/immotique, bâtiment communicant : un marché enfin mûr ?"

Si le marché va décoller, par contre, ce ne sera peut-être pas grâce aux clients, qui connaissent rarement le sujet, mais aux entrepreneurs les plus actifs sur ce front. Le message fort lancé par le CSEEE à ses adhérents réuni pour l'occasion a bien été le suivant : si vous voulez vendre des solutions de domotique, proposez-les à vos clients.

"Je propose de la domotique sur chacun de mes devis"

"Je propose des solutions domotiques sur chacun de mes devis, expose Albert Bouchoucha, électricien. Au moins de passer le câble Bus universel en série [USB], puisque cela ne coûte pratiquement rien. Ce qui nous offre la possibilité, à l'avenir, de revenir chez le client pour faire évoluer son système et passer un contrat d'entretien. La domotique, il faut presque l'imposer !" Un schéma qui convient lorsque l'on a  affaire à des clients particuliers. Mais, sur des opérations de logements collectifs, comme le note l'entrepreneur Xavier Robineau Bourgneuf (Bourgneuf SARL), il est plus difficile de convaincre le promoteur. "En général, la domotique est le parent pauvre de l'opération", regrette-t-il.

Dans le tertiaire, en revanche, des clients sont visiblement demandeurs de solutions "domotique". Pas seulement pour diminuer leurs charges. "Ils souhaitent que la domotique participe à améliorer leur process global, explique Grégoire Viasnoff de Schneider Electric. Par exemple, un restaurateur voudra que la domotique rende son restaurant plus rentable au sens large. Mais cela nécessite de donner une réponse globale au client. L'avenir de ce marché appartient aux intervenants multicartes, associés à des partenaires."

Grégoire Viasnoff se montre très optimiste quant au dynamisme du marché de la domotique. "99% des bâtiments attendent de l'aide ! Même s'il y a crise, ils sauront trouver les investissements. Toute notre filière doit se mettre en marche, en concentrant ses efforts sur l'exploitation."

Se lancer dans la domotique, un choix stratégique

Seulement, il ne suffit pas de se lancer sur le marché de la domotique pour en récolter immédiatement des fruits. "Entre le moment où l'on se lance et celui où l'entreprise en tire des bénéfices, je pense qu'il s'écoule en moyenne cinq années", estime Michel Sapranides, électricien et "domoticien" depuis trois ans. Il confirme l'importance de s'associer avec des partenaires, comme lui l'a fait avec Schneider Electric. "Il faut aussi convaincre ses collaborateurs", rappelle-t-il. Pour Michel Sapranides, le jeu en vaut la chandelle. "Grâce à la domotique, aux yeux du client, vous passez d'électricien à électricien à valeur ajoutée !"

"Nous devons nous mettre en réseau afin de fournir des prestations globales, sous peine de devenir sous-traitants des grands groupes, appuie Eric Bétrancourt, électricien. Notre profession a la possibilité d'être chef d'orchestre sur le sujet." Pour lui, l'essor de la domotique se fera par le marché de la rénovation énergétique des bâtiments.

Une licence professionnelle "Domotique" ouverte en 2015

L'Institut universitaire de technologie de Créteil-Vitry ouvrira, en 2015, une licence professionnelle en alternance intitulée "Domotique, immotique, autonomie - bâtiment communiquant". Elle aura pour objectif de former des professionnels du bâtiment communicant dans les secteurs résidentiel et tertiaire. L'enseignement aura lieu à l'université Paris-Est-Créteil dans la maison de l'innovation et de l'entrepreneuriat étudiants et à l'IUT de Créteil-Vitry.

Commentaires

Pour vendre de la domotique, il faut la proposer au client, estiment les entreprises d'installation électrique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX