En direct

Pour une intercommunalité chef de file des stratégies foncières

Source : AEF Habitat et Urbanisme |  le 26/03/2014  |  EtatEnvironnementFrance entièreSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Etat
Environnement
France entière
Santé
Technique
Valider

Le Conseil général de l’environnement et du développement durable formule dans son rapport "Actions foncières à moyen ou long terme : anticiper pour mieux maîtriser", rendu public le 18 mars, 23 propositions. Certaines ont été intégrées partiellement ou en totalité à la loi Alur. D’autres n’ont pas été retenues. Enfin, les propositions fiscales peuvent encore être reprises dans la prochaine loi de finances.

"Conforter la légitimité des intercommunalités (communautés ou métropoles) comme 'chefs de file' de stratégies foncières actives, intégrant les dimensions du moyen et du long terme, inscrites et prises en compte dans les documents dont ils ont la charge (principalement Scot, PLUI, PLH, PDU)."

C’est l’une des 23 préconisations avancées par le conseil général de l’environnement et du développement durable dans son rapport "Actions foncières à moyen ou long terme : anticiper pour mieux maîtriser", finalisé en novembre 2013 et publié le 18 mars (1).

Dans leur rapport, les deux auteurs ont balayé l’ensemble des enjeux liés à l’intervention foncière publique tout en gardant systématiquement à l’esprit une approche de moyen et de long termes.

Collectivités. Parallèlement au renforcement de l’échelon intercommunal pour la mise en œuvre des stratégies foncières, le CGEDD plaide pour "énoncer à l’échelon régional, voire départemental, des orientations globales et partagées sur l’utilisation des sols" afin de coordonner les actions des collectivités et des opérateurs fonciers. Les auteurs demandent également qu’un "volet foncier" soit systématiquement intégré aux principaux documents d’urbanisme (schémas régionaux, Scot, PLH, PLU, PLUI et CDT).

Etat des lieux. Le rapport propose "de faire un état des lieux de l’observation foncière" afin d’optimiser ce qui existe en créant, par exemple, une plate-forme nationale mais également en encourageant les configurations spécifiques liées à des enjeux territoriaux identifiés, à l’image de l’observatoire des prix fonciers et immobiliers autour des gares du Grand Paris mise en place en Île-de-France par la SGP. Dans la même logique, il est suggéré "une mise en réseau" de l’expertise foncière, de l’ingénierie opérationnelle et de tous les acteurs du foncier. Enfin, le rapport souligne la nécessité "d’avoir une évaluation complète des ressources (gisements fonciers) et des emplois (besoins)" avant de définir des politiques foncières.

Réglementations. Afin de faciliter la constitution de réserves à moyen et long termes, les rapporteurs conseillent d’établir "aux niveaux national et local, des règles fiables et pérennes qui permettent aux acquéreurs de réserves foncières d’avoir une vision à long terme de leurs obligations environnementales".

Outils. Les auteurs suggèrent la mise en place de sociétés mixtes de portage foncier associant, par exemple, des collectivités, la Caisse des dépôts et un EPF. Le rapport propose aussi un toilettage des articles du code de l’urbanisme relatifs à la constitution de réserves foncières, notamment via le zonage prévu par les PLU, et à l’exercice du droit de préemption urbain, deux chantiers traités dans le titre IV de la loi Alur.

Fiscalité. En matière de fiscalité locale, les auteurs plaident pour une réforme assez large des différents outils existants. Ils proposent notamment, "un déclassement de TFPB en TFPNB et/ou une exonération totale ou partielle de l’imposition sur les plus-values immobilières pour les propriétaires qui s’engagent à vendre à un prix convenu et en temps utile, dans le cadre d’un accord contractuel". Ils souhaitent parallèlement que soit menée une étude "sur le volume et la destination des recettes fiscales (impôts fonciers, taxation des plus-values) liées à l’activité de réserves foncières de long terme, notamment pour les collectivités". Enfin, ils suggèrent à la Caisse des dépôts de mettre en place des financements et des offres de prêts destinés aux opérations de portage foncier de moyen ou long terme.

(1) Réalisé tout au long de l'année 2013 par Patrick Albrecht, architecte et urbaniste en chef de l'État, et Pierre Narring, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, à la demande de la ministre de l'Égalité des territoires et du Logement.
Source AEF Habitat et Urbanisme www.aef.info

Commentaires

Pour une intercommunalité chef de file des stratégies foncières

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur