Profession

Pour l’architecte Alain Moatti, « le numérique réintroduit l’artisanat dans les projets »

Mots clés : Architecte - Artisanat

Dans une époque d’uniformisation des bâtiments, le dialogue des outils de conception et de fabrication permis par le numérique ouvre la voie à des projets qui échappent à la standardisation des formes…

« À l’heure actuelle, force est de constater que les détails de l’architecture - façades, systèmes et aménagements intérieurs - témoignent d’une sorte de mondialisation de l’apparence qui tient au fait que la majorité des produits et matériaux de construction sont manufacturés. En France, les quelque 60 000  normes qui façonnent le bâtiment participent également à cette standardisation. Y déroger implique de passer par une procédure d’Atex (Appréciation technique d’expérimentation). Ce fut le cas en particulier pour deux de nos réalisations récentes, la coque suspendue de l’auditorium de la Banque de France (2012) et le plancher de verre et les façades en vitrages à double courbure réalisés au premier étage de la tour Eiffel (2014). Mais il est cependant possible de se glisser dans les interstices de la réglementation, dès lors que l’innovation se limite aux éléments non fonctionnels du projet…

Lisez l’intégralité de cet article sur le site des Cahiers techniques du Bâtiment.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X