En direct

Pour Denis Dessus, «2019 sera l'année de l'optimisme»
Denis Dessus, président du Conseil national de l'ordre des architectes. - © © Bruno Lévy/Le Moniteur

Pour Denis Dessus, «2019 sera l'année de l'optimisme»

Marie-Douce Albert & Jacques-Franck Degioanni |  le 18/01/2019  |  Conseil national de l'Ordre des architectes (Cnoa)Denis DessusProfessionLoi ElanLoi Elan et architectes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conseil national de l'Ordre des architectes (Cnoa)
Denis Dessus
Architecture
Profession
Loi Elan
Loi Elan et architectes
Valider

Après une année 2018 «pas très heureuse», Denis Dessus, président du Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa), a présenté les chantiers qui attendent la profession en 2019.

Allons! Ne versons pas dans le pessimisme. Tout ne va pas si mal dans le petit monde de l’architecture. A preuve : «A l'échelon européen, on nous imite» a souligné Denis Dessus, le patron du Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa), qui présentait ses vœux pour 2019, ce 17 janvier.

Et d’évoquer la situation en Espagne, où le concours de maîtrise d’œuvre est devenu obligatoire, ainsi que la Déclaration de Davos, «un texte fleuve signé par la quasi-totalité des ministres de la Culture, dans lequel est affirmée l'importance de l'architecture».

Une vraie politique de la rénovation

Sans s’étendre sur une année 2018 «pas très heureuse», Denis Dessus a rappelé que l'architecte représente «20 000 start-up sur tout le territoire! Des professionnels moteurs et des acteurs compétents, prêts à toutes les adaptations, qui représentent un merveilleux relais des politiques publiques et qui, par ce qu'ils conçoivent et prescrivent, pèsent 60 milliards de travaux par an».

Et de formuler un premier vœu en faveur d’une vraie politique de la rénovation : « Il nous faut avoir enfin, en la matière, une politique claire et stable». Il souhaite notamment que les choses soient mieux posées en terme de fiscalité et plaide pour une approche «qui ne soit pas pensée qu'en terme de rénovation énergétique, mais dans une démarche plus holistique, avec pour but essentiel de permettre aux gens de vivre mieux».

Un chantier prioritaire : la révolution écologique

«Il y a une impérieuse nécessité à ce que les architectes mènent une réflexion sur l'écologie en 2019. Nous devons être actifs et moteurs sur ce sujet et notre première action sera le lancement d'une plate-forme qui nous permettra de mettre en commun nos expériences».

Cette plate-forme, aux dires d’un conseiller national, sera lancée sur le web dans les prochaines semaines et devrait rassembler des articles, des ressources, des contributions, des retours d'expérience, etc. Et ce afin que les architectes aient accès aux informations nécessaires pour «prendre le virage de la transition écologique».

Cette même plate-forme, financée par le Cnoa, mais d’accès gratuit, devrait aussi permettre à ses utilisateurs de faire remonter leurs questionnements. De même le Cnoa devrait porter le sujet dans le cadre du «Grand débat national» pour faire ensuite remonter des propositions dans le cadre des prochaines élections municipales.

Repenser les missions de l'architecte

Après la limitation du rôle de l’architecte opérée par la loi Elan, l’Ordre entend redéfinir ses missions auprès des bailleurs sociaux, si l’on en croit les informations données par un autre conseiller national. Il s'agit de renouer le lien avec eux, après la fâcherie d'Elan, afin de les convaincre de l’utilité et de la pertinence des architectes dans leurs missions auprès d’eux. Lesquelles missions pourraient, sans aller jusqu’à un texte de loi, faire l'objet d'une charte.

Le Cnoa a donc déjà engagé des travaux sur deux types de missions : «La mission socle» où il s’agit de rappeler le rôle de l’architecte lui-même, tel qu'il est défini dans la loi sur l'architecture de 1977 (et en particulier dans son article 3). La «mission de maîtrise d'œuvre» où il s’agirait de se rapprocher de la mission de base de la loi MOP - caduque pour les bailleurs sociaux depuis Elan… - pensée plus en phase avec les besoins des bailleurs, et qui tendrait vers la mission globale.

Vers des Assises de l’architecture?

En coalisant la profession contre elle, la loi Elan lui a permis «de se souder, de parler d'une même voix et peut-être est-ce le moment de penser à sa refondation» a souligné enfin Denis Dessus, lançant l’idée «d'Assises de l'architecture» qui permettraient de mettre en œuvre une telle ambition.

Des propos qui n’ont certainement pas échappé aux représentantes du ministère de la Culture présentes dans la salle, Agnès Vince (directrice chargée de l'architecture, adjointe au directeur général des patrimoines) et Delphine Aboulker (conseillère en charge du patrimoine et de l’architecture au cabinet du ministre)…

Commentaires

Pour Denis Dessus, «2019 sera l'année de l'optimisme»

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Précis du droit de la commande publique

Précis du droit de la commande publique

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur