Réalisations

Pose de la « première pierre » d’une centrale nucléaire en Corée du Nord

Une cérémonie a marqué le 7 août 2002 le début, après un important retard, de la construction en Corée du nord d’une centrale nucléaire par un consortium occidental. Le représentant des Etats-Unis à la cérémonie où du béton a été coulé dans les fondations de la future centrale, Jack Pritchard, en a profité pour appeler la Corée du nord à laisser inspecter ses installations nucléaires suspectes et à respecter le traité de non prolifération des armes nucléaires.

Selon l’accord conclu en 1994, Pyongyang a gelé son programme nucléaire officiellement civil mais soupçonné de masquer la fabrication d’armes atomiques. En échange, la Corée du nord reçoit une aide en carburant et bénéficie de la construction d’une centrale nucléaire présentant moins de risque militaire par un groupement réunissant les Etats-Unis, la Corée du sud, le Japon et l’Union européenne, la Korean Peninsula Energy Development Organization (KEDO).

Le projet de deux réacteurs à eau légère de 1000 mégawatts pour près de cinq milliards de dollars a été retardé de plusieurs années par des contentieux entre la Corée du nord et la KEDO, notamment sur les salaires à payer aux travailleurs nord-coréens.
L’arasement d’une colline pour y construire la centrale a pris quatre ans et le creusement des fondations n’a commencé qu’en 1991.
M. Pritchard, émissaire spécial américain pour la Corée du Nord et représentant des Etats-Unis au KEDO, a déclaré que le consortium aurait achevé « une partie significative » du projet en livrant des composants clé à la mi 2005.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X