En direct

PONT D'AQUITAINE Quarante jours pour répondre à l'appel d'offres

GUILLAUME DELACROIX |  le 26/11/1999  |  France entièreCommande publiqueTravailGirondeMorbihan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Commande publique
Travail
Gironde
Morbihan
Gers
Rhône
Europe
International
Réglementation
Marchés privés
Valider

La DDE de Bordeaux assurait il y a encore deux mois que les travaux de réparation du pont d'Aquitaine ne démarreraient qu'après l'été 2000. Or, après un appel à candidatures publié en septembre dernier, le maître d'ouvrage a envoyé son dossier de consultation le 12 novembre aux trois équipes retenues, les prenant de court. Car la remise de copie est prévue pour le 22 décembre. En conséquence, les entreprises n'ont qu'une quarantaine de jours pour préparer leur offre.

L'exercice risque d'être difficile, étant donné l'ampleur des opérations à réaliser. Outre l'installation d'une nouvelle suspension (*) déportée de 2 m, qui requiert des adaptations au sommet des pylônes, la DDE et la maîtrise d'ouvre (Setec et le danois Cowi) ont en effet prévu l'installation latérale de passerelles en encorbellement pour dégager une voie supplémentaire sur le tablier. Ceci était connu. En revanche, à ces travaux s'ajoutent maintenant la construction de nouvelles chambres d'ancrage, à l'arrière des massifs existants. Des ouvrages qui comprendront en particulier le bétonnage d'une poutre à 40 m de haut sous le tablier, obligeant en rive droite de la Garonne à creuser le rocher ! Selon nos informations, l'appel d'offres interdirait toute variante, en particulier sur les câbles.

La question du financement des travaux est réglée. Les 300 millions de francs nécessaires seront pris en charge par l'Etat. Mais celui-ci souhaiterait que les collectivités locales s'associent à lui pour l'élargissement du viaduc d'accès au pont, un projet d'une centaine de millions de francs. La CUB et le conseil génréral de Gironde renacle tant que l'Etat ne s'engage pas lui-même financièrement sur un nouveau franchissement de la Garonne.

(*) L'appel d'offres prévoit des câbles monotorons à fil rond galvanisé non clos, protégés par une ligature.

Les trois équipes en lice

GTM et Baudin Châteauneuf : Cette équipe vient d'achever le remplacement de la suspension du pont de Tancarville (300 millions de francs), et achève actuellement le viaduc suspendu du Chavanon, sur l'A89. Par ailleurs, c'est Baudin Châteauneuf qui a réalisé la suspension d'origine du pont d'Aquitaine.

Freyssinet (SGE) et le danois Momberg & Thorsen : Freyssinet a remplacé la suspension des ponts de Lorois (Morbihan) et de Riscle (Gers), et de la passerelle Saint-Georges à Lyon. Momberg & Thorsen a construit les ponts de Höga Kusten en Suède, et d'Askoy en Norvège.

VSL (Bouygues) et l'allemand Diwidag System Deutschland (DSD) : Le premier est intervenu avec Dragages TP sur le pont de Tsing Ma, à Hong-Kong, mais sur les pylônes uniquement. DSD a en revanche participé au récent renforcement de la suspension du pont du 25 Avril, à Lisbonne.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur