En direct

Pollution industrielle PORT DE BANDOL

JOSETTE DEQUEANT, BERNARD ALDEBERT, GUILLAUME DELACROIX |  le 27/06/1997  |  VarEnvironnementEnergieProduits et matérielsSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Var
Environnement
Energie
Produits et matériels
Santé
Technique
Valider

Eliminer les métaux lourds et les hydrocarbures

La zone de carénage des bateaux du port de Bandol reçoit chaque année quelque 900 bateaux dont l'entretien génère le rejet de 13 000 m3 de liquides pollués dont deux à trois tonnes de peintures utilisées pour la protection des coques (peintures dites « anti-fouling » sous marines). Les produits rejetés sont notamment riches en métaux lourds (zinc, plomb, etc.), des produits particulièrement polluants et en hydrocarbures. Les eaux usées, comme les eaux de pluies qui lavaient régulièrement cette aire, étaient auparavant directement rejetées dans le port. Elles font désormais l'objet d'un traitement particulier dont l'efficacité a pu être mesurée.

« L'ensemble de la zone de carénage a été pourvu d'une forme de pente dont la surface est traitée avec un enrobé bitumineux qui assure l'étanchéité, explique Gérard Eygazier, administrateur délégué au port. Nous n'avons pas prévu d'autre type d'étanchéité car ce terrain, pris sur la mer, connaît encore de forts tassements. Cette zone est entièrement circonscrite par des avaloirs munis de grilles en fonte et le drainage aboutit à un regard récupérateur qui joue un peu le rôle de syphon en recueillant les matières très lourdes : débris, cailloux, etc.»

De ce regard, les eaux polluées sont conduites à un ouvrage filtrant, un séparateur-débourbeur auquel est annexé un déversoir d'orage. Un premier filtre retient les métaux lourds et un deuxième les hydrocarbures. Les eaux ainsi épurées sont enfin recueillies dans une cuve de grandes dimensions (3 3 3 m) équipée de trois pompes immergées qui rejettent ces eaux maintenant «propres» dans le port.

Ces travaux sont complétés par deux contrats d'entretien, l'un pour le nettoyage du premier regard, des filtres et le changement du sable du premier filtre et l'autre pour les pompes et les installations électriques. Les boues sont acheminées vers un site de traitement adapté.

«Cette intervention, menée par la ville de Bandol avec Socotec Environnement, est particulièrement efficace, souligne Gérard Eygazier puisque, depuis deux ans qu'elle est terminée, nous assistons au retour de toute une faune notamment de crustacés (coquillages, crabes, etc.) et de poissons qui avaient disparus depuis longtemps du site. »

PHOTO : Le traitement de coques de bateaux est source de polluants riches en métaux lourds. Aussi, la récupération de ces rejets s'avère très efficace.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil