En direct

Pollution agricole : un stockage nécessaire

JOSETTE DEQUEANT, BERNARD ALDEBERT, GUILLAUME DELACROIX |  le 27/06/1997  |  EnvironnementDroit de l'environnementFrance SantéUrbanisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Environnement
Droit de l'environnement
France
Santé
Urbanisme
Réglementation
Technique
Valider

-Polluants vedettes des exploitations agricoles, les nitrates ne doivent pas faire oublier la multiplicité des agents qui menacent l'eau, qu'il s'agisse des rivières ou de la nappe phréatique.

Bien entendu, la consommation - parfois excessive - d'engrais chimiques constitue la première source de pollution d'origine agricole. Mais comme le fait remarquer Paul Courboulay, DDAF (1) du Loiret, « l'eau est aussi contaminée par les insecticides et les pesticides, et par les engrais organiques, obtenus avec le lisier et le purin des élevages ». Un problème particulièrement accru dans les régions d'élevage, comme la Bretagne, qui représente 25 % de la production animale française. « Les déjections des bovins, porcins, et volailles produisent de l'azote dont les plantes ont besoin à des époques très précises de leur développement végétatif, rappelle Patrice Germain, DDAF d'Ille-et-Vilaine. Pour mettre en adéquation les productions animale et végétale, un stockage est donc nécessaire, afin de réguler les épandages et de fournir les 250 à 350 unités d'azote par hectare ponctuellement requis par le blé, le maïs ou l'herbe. » Autres causes de pollution de l'eau : les composants utilisés dans la fabrication de produits finis (le fromage par exemple), et les eaux usées de toutes sortes, comme les eaux blanches et vertes, et les jus d'ensilage.

Un diagnostic d'exploitation d'élevage

L'attention doit par conséquent être portée aux bâtiments dans leur ensemble, mais aussi aux zones de stockage et aux zones de pas- sage des animaux : fosses à purin, silos, zones de traite, aires d'exercice... Point crucial de leur conception : l'assurance de pouvoir collecter la totalité des polluants, grâce à une bonne étanchéité. Cela suppose en particulier que les infrastructures citées soient couvertes, afin d'éviter la dilution des excréments par l'eau de pluie, et que les exploitations disposent de réseaux efficients.

Au ministère de l'Agriculture, le Comité d'orientation pour la réduction de la pollution des eaux par les nitrates, les phosphates et les produits phytosanitaires (CORPEN) regroupe des experts qui élaborent des outils servant aux agriculteurs en vue de préserver la qualité des eaux. Il participe notamment au comité de liaison qui établit les listes nationales de substances actives prioritaires à surveiller. En juillet 1996, il a ainsi été demandé aux préfets de mettre en place des plans d'action dans des zones où le niveau de contamination est jugé préoccupant. « Un diagnostic environnemental d'exploitation d'élevage (DEXEL) permet de réaliser un état des lieux dans chaque exploitation, explique Pierre Roussel, directeur de l'eau au ministère de l'Environnement. Il détermine les travaux à réaliser en fonction du type de pollution observé, et conditionne l'obtention de subventions des agences de l'eau. »

(1) Directeur départemental de l'agriculture et des forêts.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil