En direct

Evénement

Plusieurs départements dans l’œil du cyclone budgétaire

PIERRE DELOHEN |  le 04/02/2011  |  France entièreAllierAinPuy-de-DômeRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Allier
Ain
Puy-de-Dôme
Rhône
Haute-Savoie
Valider
Rhone-Alpes Auvergne -

Pour Christian Monteil, président du conseil général de la Haute-Savoie, « l’exercice budgétaire 2011 est contraint par la prise en compte de la réforme des collectivités, le resserrement de notre autonomie financière qui en résulte, et la montée en puissance des dépenses sociales ». Et pour la quatrième fois consécutive, ce département a adopté un budget en baisse avec une chute des investissements de 7,2 % ! La quasi-totalité des présidents des conseils généraux d’Auvergne et de Rhône-Alpes tient le même discours avec, sanction, des investissements à la baisse de 7,5 % dans le département de l’Ain, de 15 % dans le département de l’Allier, etc. Lors de l’assemblée générale de la FRTP Auvergne consacrée à l’avenir de l’Auvergne en projets, les présidents ou vice-présidents des conseils généraux d’Auvergne avaient souligné combien leur situation budgétaire était tendue. Pierre Berger, président de la FRTP Auvergne, les avait appelé « à impérativement maintenir leurs investissements ».

A contre-courant, le département du Rhône, plus urbain, s’apprête à débattre d’orientations budgétaires qui anticipent une hausse des investissements de 4 %. « Nous pratiquons une gestion de long terme assortie de la maîtrise des frais de fonctionnement et des dépenses sociales, sans fiscalité augmentée depuis cinq ans », explique Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, garde des Sceaux. Une politique facilitée par l’augmentation attendue des recettes : cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, fonds national de garantie individuelle des ressources, dotations de l’Etat et droits de mutation…

PHOTO - 516948.BR.jpg
PHOTO - 516948.BR.jpg - © BRUNO LEVY/LE MONITEUR
Clermont-Ferrand à contre-courant

Pour Serge Godard, maire de Clermont-Ferrand, le budget primitif 2011 est un « budget ambitieux » qui se caractérise comme les années précédentes par un soutien fort à l’investissement. « L’objectif est d’installer Clermont-Ferrand dans sa vocation de métropole régionale à vocation européenne, d’accompagner son développement urbain, et de ne pas transiger sur nos politiques de solidarité », plaide l’élu. Alors que les budgets primitifs des collectivités environnantes sont à la baisse, à 281 millions d’euros, Clermont-Ferrand dispose d’un budget en hausse de près 4,5 % comparé au budget primitif 2010. Hausse plus spectaculaire encore avec les 66,8 millions d’euros des dépenses d’équipement qui augmentent deux fois plus à près de 9 %. Ce qui suppose selon Serge Godard de maîtriser « de façon rigoureuse nos dépenses de fonctionnement » et passe par une augmentation des taux d’imposition de 2,5 %.

Projets : Rénovation de l’opéra • Reconstruction d’une école • Aménagement de la ZAC de Trémonteix • Installation d’éclairage public • Renouvellement de réseaux (eau et assainissement).

La fièvre investisseuse du Grand Lyon

Rester en phase avec la programmation pluriannuelle d’investissements (PPI), telle est la colonne vertébrale du budget primitif 2011 du Grand Lyon. « Malgré une année riche en recettes… “ hypothétiques et aléatoires », insiste Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Avec un total de 1,762 milliard d’euros dont 492 millions de crédits de paiement nets, le budget primitif consolidé marque une forte montée en puissance. « C’est un choix politique, assène Jacky Darne, vice-président du Grand Lyon, chargé des finances. Il nous permet d’assurer le service public : logements, voirie, eau, assainissement, etc. » Quant aux autorisations de programme, préfigurations des opérations nouvelles, elles ressortent à 450 millions d’euros - contre une moyenne annuelle de 383 millions sur 2011-2016 - et illustrent encore cette fièvre investisseuse.

Projets : Aménagement des Rives de Saône • Parc Blandan • Accompagnement des lignes de tramway T1 et T2 • Aménagement de la rue Garibaldi • Tube de sécurité du tunnel de la Croix-Rousse.

Le Sytral monte en puissance

Le budget primitif du Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (Sytral) donne souvent le ton de l’activité à venir, dans les travaux publics principalement. Avec un total de 1,114 milliard d’euros - dont 500,3 millions d’investissements en hausse de 11,2 % sur le budget 2010 - le budget primitif 2011 offre de bonnes perspectives dans un cadre économique difficile. Avec 238 millions d’euros, les crédits de paiement illustrent la forte progression des opérations inscrites au plan de mandat avec conjointement la poursuite d’opérations du plan de mandat 2002 et du plan de mandat 2009, et les investissements récurrents. « La réalisation des investissements prévus au plan de mandat passe par une gestion budgétaire attentive et requiert une vigilance continue dans le suivi de son exécution », anticipe Bernard Rivalta, président du Sytral. Sauf à détériorer les équilibres financiers…

Projets : Prolongement de la ligne B du métro • Phase 2 de la ligne C1-C2 • Prolongement du tramway vers Eurexpo • Desserte d’OL Land • Dépôt de Perrache.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur