Logement

Plus belle réussite, plus grand regret…Yves Laffoucrière, directeur général d’Immobilière 3 F

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Chaussée - Conception - Gestion et opérations immobilières - Logement social - Ouvrage d'art

Yves Laffoucrière, ingénieur civil des ponts et chaussées et architecte DPLG, a créé et dirigé l’aménageur Semaest après avoir été directeur adjoint des opérations nouvelles de la SAGI. Il connaît le monde du logement social sur le bout des ongles pour avoir tenu les rênes de l’Office public des HLM de Paris, devenu Paris Habitat, en 1993, puis de la Siemp en 2004. Il est directeur général d’Immobilière 3F depuis 2005, la plus grosse SA d’HLM en France, après un passage de deux ans à la Caisse des Dépôts et Consignations en tant que directeur régional Ile-de-France.

Quelle est votre plus belle réussite professionnelle ?

 

Je citerai trois réussites très diverses, mais dont je suis particulièrement fier.

Tout d’abord, la rénovation de la Tour Eiffel dans les années 1980, lorsque je travaillais chez l’ingénieriste Séchaud & Bossuyt. Ce projet a permis d’alléger le monument de 1 200 tonnes, d’installer un nouvel éclairage, de créer le restaurant gastronomique « Le Jules Verne » et surtout de permettre un accès au sommet de la tour toute l’année. Ce qui était jusque-là impossible avec les ascenseurs hydrauliques.

Ensuite, l’action d’éradication de l’insalubrité à Paris, notamment grâce à la convention publique d’aménagement signée avec la municipalité lorsque j’étais directeur général de la Société immobilière d’économie mixte de la ville de Paris (SIEMP).

Enfin, la relance massive de la production de logements sociaux depuis 2005 et la mise en œuvre du plan national de rénovation urbaine. Ce fut une véritable révolution culturelle pour les bailleurs sociaux, jusqu’ici assez seuls dans la gestion de leur patrimoine. Cette politique a changé leur façon de travailler, les a poussés à partager et dialoguer avec les collectivités locales dans une démarche plus globale et vertueuse.

 

Quel est le plus grand regret de votre carrière dans le secteur de la construction ?

Il est assez simple : ne pas avoir réussi à attirer davantage les jeunes diplômés vers notre secteur qui souffre encore d’un déficit d’image en dépit des transformations radicales qu’a connues l’habitat social depuis 10 ans. Etant moi-même ingénieur des ponts et architecte DPLG, je peux témoigner des perspectives de carrière passionnantes qu’offre  notre secteur pour un jeune ingénieur. Je crois qu’ils sont davantage attirés par le monde de la finance et je le regrette. Pourtant, aujourd’hui peut-être encore plus qu’hier ils ont une carte professionnelle et personnelle à jouer dans une entreprise comme 3F qui engage chaque année la construction de plus de 7000 logements.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Dommage...

    C’est dommage que ce Monsieur ne parle pas plus d’architecture… et notamment de savoir s’il y a de l’ « architecture » dans les logements sociaux qu’il produit. Est-ce que nous nous comprenons?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X