En direct

PLATRE/ISOLATION Plaque de plâtre : une croissance confirmée

hugues haëntjens, jean-philippe bondy, pascale leroy-paulay, catherine rollot, nicole salez |  le 17/10/1997  |  Produits et matérielsSecond œuvreEntreprisesIndustrieGros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Second œuvre
Entreprises
Industrie
Gros œuvre
Europe
France entière
Valider

-La plaque maintient le cap d'une progression régulière chaque année. -Les carreaux et les poudres souffrent de la mauvaise activité du BTP.

LES PERSPECTIVES

La stagnation apparente en valeur du marché du plâtre en France est le résultat de deux mouvements inverses : d'un côté, la progression de la plaque ; de l'autre, la régression des poudres et des carreaux. « La moitié des ventes peut être attribuée à la rénovation, notamment pour le secteur collectif et les HLM. Cette proportion sera probablement supérieure en 1997 », affirme Jean-Pierre Clavel, directeur général de BPB France. De leur côté, les prix se stabilisent.

La guerre des années 1990-1991 n'est plus qu'un lointain souvenir. Cependant, les fabricants ne sont toujours pas en position de répercuter la hausse des prix de revient. Ils cherchent alors, d'une part, à diminuer leur coût d'exploitation en généralisant, par exemple, le recyclage des chutes de production. Le principal marché reste celui de la plaque de plâtre qui culmine en 1996 à 182 millions de m2. C'est aussi le seul à progresser actuellement : en raison de son importance - 70 % des ventes totales de plâtre en valeur -, il compense à lui seul la baisse globale des carreaux et des poudres.

« La consommation de plaques a encore augmenté de 3 à 4 % en volume en 1996, et devrait enregistrer une nouvelle mais légère progression cette année », estime Michel Waller, directeur général de Knauf. La plaque de plâtre aborde tous les segments de construction mais profite surtout de la rénovation qui reste mieux orientée que la construction neuve. Les carreaux et les poudres souffrent d'une certaine désaffection et, surtout, de la régression de la construction neuve.

L'IMPORT-EXPORT

Les échanges commerciaux restent des phénomènes marginaux en raison de l'importance des coûts de transport par rapport au coût du matériau. Par ailleurs, les trois acteurs français sont sur tous les marchés européens - voire mondiaux - dans ce qui reste une industrie lourde. Ils contrôlent en grande partie le marché européen, et donc les importations sur la France. Toutefois, l'export existe, qui s'explique surtout par des stratégies de groupe qui pallient le manque de disponibilité des produits là où la demande dépasse les capacités de production.

LA DISTRIBUTION

Le paysage de la distribution française reste stable et toujours détenu en grande majorité par le négoce. « La vente en direct se cantonne pratiquement à la fourniture aux transformateurs à cause de la raréfaction des grands chantiers », commente Jean-Pierre Clavel. Les fabricants de plâtre nouent des liens de plus en plus étroits avec les distributeurs pour les aider dans les démarches commerciales. Cette tactique va de pair avec l'évolution technique de produits dont la commercialisation nécessite des prescripteurs bien formés. La technologie évolue.

Les plaques acquièrent des fonctions complémentaires et prennent de la valeur ajoutée. Ainsi, les cloisons de plâtre antifeu ou antieffraction et des cloisons techniques pour hôpitaux qui intègrent les réseaux d'écoulement de fuite, les rampes d'appui ou autres accessoires. De même, la plaque de plâtre voit dans les plafonds suspendus un marché sur lequel elle pourrait grignoter des parts de marché...

CHIFFRE D'AFFAIRES 1995 :

4 milliards de francs.

TENDANCE PRIX DE VENTE :

NOMBRE D'INDUSTRIELS : 3

LES LEADERS :

BPB, Lafarge Plâtre, Knauf.

GRAPHIQUE :

- Répartition du CA part matériaux

La plaque, produit phare. A elle seule, la plaque de plâtre représente la grande majorité des ventes.

- Production de plaques de plâtre - Toujours à la hausse. Malgré la récession de la construction, la production ne cesse d'augmenter.

Point de vue : Marc Aouston, directeur marketing de Lafarge Plâtre

« Pour cette fin d'année, Lafarge devrait maintenir son chiffre d'affaires dans le plâtre et améliorer les résultats en termes de rentabilité. Toutefois, seul le marché de la plaque se porte bien, et nous n'atteindrons pas nos objectifs pour les carreaux ni pour les poudres. Pour développer le marché sur le secteur français, nous devons aujourd'hui trouver de nouveaux segments d'application, des produits techniques à plus forte valeur ajoutée. Dans le secteur des carreaux, cette tendance se montre satisfaisante avec les produits hydrofuges, allégés ou offrant une plus grande résistance mécanique. De même, dans les poudres, l'amélioration des formulations pour une mise en oeuvre plus aisée ouvre des débouchés aux entrepreneurs qui ne sont pas spécialisés dans le métier de plâtrier. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur