En direct

Plateformes et petit robot pour grignoter une cheminée en plein Paris
PHOTO - 590183.HR.jpg - © Michel Desfontaines

Plateformes et petit robot pour grignoter une cheminée en plein Paris

- Michel Desfontaines |  le 28/10/2011  |  ParisBâtimentEquipementTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
Bâtiment
Equipement
Technique
Valider

Zéro poussière, zéro gravat ! Pour cette démolition propre SLE-DSD a mis en place une procédure millimétrée.

«C’est une démolition à la petite cuiller. Le cahier des charges stipule qu’aucune projection de gravats ne doit tomber dans la rue à l’aplomb de la cheminée de 40 m de hauteur de l’ancien hôpital Boucicaut. » Patrice Arlot, chargé d’affaires du groupement SLE-DSD, résume ainsi les conditions de sécurité particulières de ce chantier situé dans un arrondissement très dense de Paris. Les entreprises ont opté pour un dispositif de deux plateformes élévatrices Fraco, reliées latéralement par un système de passerelles coulissantes sur poutres télescopiques. Cette configuration à géométrie variable permet de resserrer les plateformes entre elles lorsqu’elles sont en position de travail, pour épouser au plus près le diamètre réduit du haut de la cheminée. Les espaces vides sont couverts par un platelage. Et pour prévenir toute chute de gravats, une collerette en textile fixée à la courroie autour de la cheminée assure l’étanchéité. Les produits de la démolition sont renvoyés à l’intérieur du conduit. Son volume à la base est suffisant pour stocker tous les gravats. Avantages : pas de poussière et une seule évacuation en fin de démolition. Le jeu de plateformes enserre complètement la cheminée et offre une surface de travail et de stockage importante. Un Brokk 50, le plus léger (500 kg) et le plus compact des robots de la marque, est ainsi embarqué avec son groupe électrogène. Le moteur électrique de 5,5 kW de la petite machine télécommandée permet de mettre en œuvre un marteau hydraulique assez puissant. Les éléments des deux mâts d’élévation sont démontés au fur et à mesure que la cheminée descend. Le maniement du Brokk 50 demande un peu d’habitude. « Les sensations avec une télécommande sont différentes de celles qu’on peut avoir lorsqu’on est assis sur la machine », rappelle Jean-Philippe Lépine qui dirige l’équipe de démolition. Il y a aussi un système de sécurité qui s’enclenche toutes les cinq secondes et bloque le robot. Il faut s’y habituer. Il faut surtout bien connaître les limites de la machine. Dans le travail en hauteur, un chavirage du Brokk a plus de conséquences que le même incident au sol. Ici, pour redresser cette machine de 500 kg, on ne peut pas faire appel à une chargeuse ou à une pelle du chantier. »

PHOTO - 590183.HR.jpg
PHOTO - 590183.HR.jpg - © Michel Desfontaines

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Dématérialisation de la commande publique

Dématérialisation de la commande publique

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur