En direct

Plasturgie-revêtements de sol Sommer-Allibert se renforce dans les revêtements

JEAN-MICHEL GRADT |  le 17/04/1998  |  IndustrieNégoceProduits et matérielsInternationalEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Industrie
Négoce
Produits et matériels
International
Europe
Valider

-Avec l'acquisition de l'Allemand Tarkett, le groupe réalisera près de 11 milliards dans les revêtements, presqu'autant que dans l'équipement auto.

« Il faut être leader dans ses métiers centraux pour espérer survivre dans l'économie globalisée », telle est la conviction de Marc Assa, président du directoire du groupe français Sommer-Allibert, qui a réalisé 16,9 milliards de chiffre d'affaires en 1997, soit + 20,8 % par rapport à 1996 et un résultat net (part du groupe) de 316 millions de francs (+ 30,6 %).

Après s'être lancé dans de lourds investissements dans le domaine de l'équipement automobile pour atteindre 11,03 milliards de francs l'an dernier, soit les 2/3 de l'activité (1), Marc Assa a décidé de marcher sur deux jambes et d'acquérir une position de leader mondial dans le secteur des revêtements de sols plastiques et des parquets. D'où l'acquisition, fin 1997, de l'allemand Tarkett (pour 2,2 milliards de francs) qui va booster l'activité de ce secteur de 4,6 milliards l'an dernier (soit + 10,4 % sur 1996), à plus de 10 milliards de francs à fin 1998. Par la même occasion, le chiffre d'affaires total passera à 23,5 milliards de francs (+ 40 % mais + 6 % à structure identique).

Leader mondial en revêtements et parquets

Avec 28 usines et une présence dans plus de 50 pays, le nouvel ensemble Tarkett Sommer, s'annonce comme le leader européen et numéro 2 aux Etats-Unis (derrière Armstrong avec qui il est en procès) du secteur. « Avec les synergies que nous allons mettre en place entre les deux entités, nous tablons sur 300 millions de résultats supplémentaires par an d'ici à 2001 », a annoncé Marc Assa.

Pour financer ses développements, Sommer s'est désengagé d'activités connexes (salle-de-bain, mobilier de jardin). Mais l'endettement représente aujourd'hui 140 % des fonds propres. De ce fait, le troisième pôle du groupe, « ameublement, packaging, équipement » (1,3 milliard de francs, en recul de 30 % sur 1996), pourrait faire l'objet de nouveaux désengagements.

(1) Intégration de Lignotock Allemagne et Grande-Bretagne et de 50 % de SAS Autosystemtechnik en Tchéquie, achat de 50 % du brésilien Trimec, joint-venture avec la mexicain Duoplast...

GRAPHIQUE : REVETEMENTS - Répartition géographique du chiffre d'affaires -

De 4,6 milliards de francs en 1997, l'activité revêtements passe à plus de 10 milliards cette année.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil