En direct

Plan Bus 2025 : La Banque des Territoires partenaire de la décarbonation des flottes RATP
Publi-rédactionnel

Plan Bus 2025 : La Banque des Territoires partenaire de la décarbonation des flottes RATP

le 19/05/2021  |  Banque des territoiresChantiersFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

La relance c’est vous
Banque des territoires
Chantiers
France
Valider

Lancé en 2015 par la RATP et Ile-de-France Mobilités (IdFM), le plan Bus 2025 vise à réduire de 50% l'ensemble du bilan carbone de la RATP d'ici à 2025. Un vaste programme de transformation énergétique et écologique de la flotte de bus et de ses centres de dépôt, notamment soutenu par la Banque des Territoires dans le cadre du plan de relance engagé par le gouvernement en septembre 2020.

C'est un chantier colossal de presque deux milliards d'euros ! Supprimer la totalité des bus diesel du réseau francilien, qui émettent chacun 75 tonnes de CO2 par an en circulation, et les remplacer à terme par une flotte de 4 700 véhicules propres.

Un peu plus de six ans après le lancement de son plan Bus 2025, la RATP accélère le rythme et réceptionnera désormais 600 bus nouvelle génération chaque année. Au total, la régie des transports parisiens disposera de 2 200 bus roulant au gaz renouvelable (bioGNV), 1 500 seront 100 % électriques, tandis qu'un millier d'hybrides circulent déjà sur le réseau. « C'est un programme particulièrement ambitieux, l'un des programmes de décarbonation de flotte de bus les plus ambitieux en Europe » souligne Marianne Louradour, Directrice régionale Île-de-France de la Banque des Territoires, qui finance le projet à hauteur de 23 millions d'euros. Un plan de transformation de flotte inégalé par sa taille et sa complexité et un projet d'autant plus remarquable  qu'il s'accompagne dans le même temps d'une transformation de l'outil industriel avec la conversion aux énergies propres des 25 Centres Opérationnels de Bus (COB). La RATP et IdFM ont effectivement engagé un vaste plan d'équipement des dépôts qui doivent être également convertis pour moitié à l'électrique (13) et pour l'autre moitié au biogaz (12).

Un programme soutenu par l'UE et la Banque des Territoires

En octobre dernier, la Commission européenne a donné son feu vert à l'attribution d'une enveloppe de 23 millions d'euros, dans le cadre du programme européen « Connecting Europe Facility » (programme clos), une aide complétée par un financement de la Banque des Territoires du même montant. « La Caisse des Dépôts dispose d'un mandat de la Commission européenne pour faciliter et accompagner le déploiement de subventions sur des projets de mobilité douce, c'est ce qui a permis à la Banque des Territoires de faciliter l’obtention de ce financement européen auprès de la RATP », explique Marianne Louradour. « Nous avons également travaillé avec la Banque européenne d'investissement (BEI) à partir d'une plateforme d'investissement destinée à financer la transition énergétique des flottes de bus sur le territoire français, dont a pu bénéficier la RATP », précise-t-elle. La Banque des Territoires et la BEI ont ainsi investi 100 millions d'euros chacune afin de proposer une offre de financement innovante : l'obligation performancielle, qui permet aux opérateurs de bénéficier d'un taux d'intérêt encadré, évoluant inversement à la variation du prix de l'électricité. « C'est une manière de sécuriser la facture énergétique des bus électriques, déterminante dans l'équilibre économique global du verdissement d'une flotte », ajoute Marianne Louradour.

Pollution, santé publique, emploi : un triple impact pour un plan ambitieux

La pollution atmosphérique en Île-de-France, essentiellement due au trafic routier et au chauffage, représente les trois quarts des émissions d'oxyde d'azote et est à l'origine de quelques 2 500 décès prématurés pour la seule ville de Paris. Le secteur des transports représentant à lui seul la moitié des émissions de particules fines, il était donc devenu indispensable pour la RATP et Île-de-France Mobilités d'engager un programme de réduction drastique des émissions de CO2 de leur flotte de bus, en cohérence avec les objectifs de réduction de 20 % des émissions de gaz à effets de serre inscrits dans le plan de déplacement urbain d'Île-de-France (PDUIF).

Avec le renouvellement d'un parc de 4 700 véhicules, Plan Bus 2025 offre également de belles perspectives et une forte visibilité aux industriels du secteur que sont Heuliez, Bolloré et Alstom auprès desquels des commandes ont été passées pour la construction de matériel roulant et la fabrication de systèmes de charge. « On estime que la construction d'un bus correspond à environ un équivalent temps plein (ETP) par an et par véhicule, soit plusieurs milliers d'ETP sur cinq ans » précise Marianne Louradour.

Avec ce programme, La Banque des Territoires s’engage concrètement pour la santé publique des dizaines de millions de voyageurs quotidiens, qui auront le privilège de circuler à bord de bus désormais confortables, propres et silencieux.

Contenu proposé par La Banque des Territoires

Commentaires

Plan Bus 2025 : La Banque des Territoires partenaire de la décarbonation des flottes RATP

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil