Pierre sèche : l’épopée d’une reconnaissance mondiale
20 ans d'efforts dans l'assurabilité et la formation ont précédé l'entrée des muraillers au patrimoine mondial - © ABPS

Pierre sèche : l’épopée d’une reconnaissance mondiale

Laurent Miguet |  le 07/12/2018  |  Entreprises du paysagePierreArtisan patrimoine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Entreprises du paysage
Pierre
Artisan patrimoine
Valider

20 ans de combat pour une reconnaissance mondiale : l’art de la construction en pierre sèche est entré au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le 28 novembre à l’Île Maurice, lors de la session du comité intergouvernemental de l’organisation des Nations unies pour l’éducation et la culture (Unesco).

Les Catalans ont tiré les premiers : le 30 novembre au surlendemain de l’entrée de la pierre sèche au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’association Pedra Seca invitait le réseau à une cérémonie de la victoire, à Barcelone. « Avec huit régions engagées, l’Espagne reflète la diversité de notre association de huit pays », exulte l’architecte urbaniste française Claire Cornu, l’une des chevilles ouvrières de la société scientifique internationale pour l’étude pluridisciplinaire de la pierre sèche (SPS), basée à Le Val (Vaucluse), creuset du dossier approuvé le 28 novembre à l’Ile-Maurice par le comité intergouvernemental  de l’organisation des Nations unies pour l’éducation et la culture (Unesco).

Techniques universelles

« Pour résister au poids et à la pression, les mêmes techniques se sont imposées dans tous les pays », insiste la chargée de mission bénévole de l’association fondée en 1998  par des artisans et des architectes de Chypre, Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Slovénie et Suisse. Ils en ont collectivement apporté la preuve au tournant du millénaire, grâce aux financements de l’Union européenne, à l’occasion du projet du réseau européen des pays de la pierre sèche (Reppis).
Sur le chemin de la renaissance d’un savoir-faire ancestral, cette première étape institutionnelle a stimulé les défenseurs français de la cause : au cours des années 2000, ils se sont concentrés sur l’assurabilité de la technique, en s’appuyant sur des partenariats avec des laboratoires de recherche publics. Le processus a débouché sur l’édition de règles professionnelles, sur la formalisation d’un référentiel pour deux certificats de qualification professionnelle, sur la création de la fédération française des professionnels de la pierre sèche (FFPPS)… Et aussi sur le schisme qui apporte ses pages sombres à l’épopée : depuis qu’elle a quitté la fédération, l’association des bâtisseurs en pierre sèche (ABPS), coéditrice des règles professionnelles avec l’Ecole nationale des Travaux publics de l’Etat à Lyon, lui dispute l’activité de formation et de recherche ainsi que la diffusion des connaissances scientifiques et techniques.

Portage chypriote

Reste l’essentiel : entre l’expérience des tailleurs de pierre et les sciences dures de l’ingénierie, l’hybridation a produit son lot de thèses, sans occulter la dimension fraternelle de l’épopée… « Deux boulangers ont pesé de tout leur poids », rappelle Claire Cornu, dans un hommage à Roger Bouvier, ancien président de la commission Environnement au conseil régional de Provence Alpes Côte-d’Azur, et à Paul Gilles, président de la chambre de métiers et de l’artisanat du Vaucluse.
Pour élargir à l’échelle internationale la reconnaissance d’un savoir-faire « universel et intemporel » selon le dossier de candidature, le déclic s’est produit en 2011 au sein de la SPS. L’association internationale a délégué à Chypre le portage du dossier, pour éviter de donner à l’Unesco le sentiment que des pays déjà bien servis  ne viennent trop tirer la couverture à eux. Simultanément, Claire Cornu peaufinait le rapport remis début 2018 au conseil de l’Europe, sur « la pierre sèche dans le paysage ».

Rebondissement parfumé

La mobilisation internationale a connu un sommet le 16 octobre, lors du congrès de la SPS à Minorque : convaincues du succès, toutes les délégations ont posé pour une photo de famille en criant et en brandissant dans leur langue une pancarte de reconnaissance : « Merci Unesco ». Pour monter la séquence vidéo et la diffuser au jury aussitôt après la décision, Claire Cornu a pu compter sur la dextérité de son fils digital native, du fond de l’Amazonie où il passe une année sabbatique : un symbole démonstrateur de la chaîne de solidarité qui a soudé les parties prenantes du dossier.
Pour poursuivre sa diffusion dans les territoires, la pierre sèche bénéficie d’un autre coup de pouce donné par l’Unesco lors de la même réunion du comité intergouvernemental du 28 novembre à l’Ile Maurice : les « savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse » sont entrés au patrimoine mondial. Consolidée dans le schéma de cohérence territoriale de l’agglomération azuréenne, la culture sur terrasses en pierre sèche joue un rôle majeur dans ces savoir-faire.

Commentaires

Pierre sèche : l’épopée d’une reconnaissance mondiale

Votre e-mail ne sera pas publié

'Ada Acovitsioti-Hameau (de mon vrai nom), secrétaire générale de la S.P.S.

13/12/2018 15h:29

Notre société a diffusé un communiqué au sujet du classement PCI de l'UNESCO en faveur de la pierre sèche. Je le joins ici et tiens à signaler que les Sciences Humaines sont à la première loge pour obtenir cette nomination. Ce sont les hommes (praticiens et usagers) qui portent le dossier et perpétuent l'art, comme le précise la décision du 28/11/2018: (le comité) salue l’initiative des Pays Participants de présenter une technique largement pratiquée qui respecte complètement les contextes locaux et met en lumière les logiques culturelles et les fonctions communes de l’élément ... Suit notre communiqué: ........................................................................................................... L’UNESCO reconnaît les valeurs de l’art de bâtir en pierres sèchesRéuni à l’Île Maurice pendant la dernière semaine de novembre, le XIIIème Comité intergouvernemental de l’UNESCO a procédé à la nomination et proclamation des pratiques jugées dignes d’être inscrites au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité. L’art de bâtir en pierres sèches : savoir-faire et techniques – s’est vu décerner ce label le 28 novembre 2018 pour la plus grande joie des usagers, artisans, artistes, aménageurs et chercheurs qui mettent en place et étudient ces structures, humbles mais essentielles pour les terres et les sociétés rurales dans le monde entier. Initiée en 2011 en France, la demande de cette labellisation associe huit pays européens (Chypre, Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Slovénie, Suisse). Réuni autour de la conscience de la diversité locale et de l’uniformité structurelle universelle de la pierre sèche, ce réseau n’est ni exhaustif, ni clos. La mise en réseau s’est faite par le biais d’une association internationale qui fête cette année ses 20 ans d’existence légale. Les acteurs ont su répondre positivement aux critères de l’UNESCO et la convaincre des avantages de la pierre sèche pour l’environnement, la biodiversité, la coopération et les échanges matériels et culturels entre groupes humains. La nomination honore et réjouit les communautés qui pratiquent, utilisent, transmettent et étudient la pierre sèche et nous donne l’élan nécessaire pour optimiser la tradition et inventer des pratiques innovantes. Tous les acteurs remercient l’UNESCO pour cette distinction qui équivaut à la pérennisation dans la transformation, tant de la technique que de ses implications sur l’aménagement territorial et les modes de vie. Le Conseil d’Administration de la Société scientifique internationale pour l'étude pluridisciplinaire de la Pierre Sèche (SPS) : Michelangelo DRAGONE, Président, architecte, Alberobello, Pouilles, Italie - Ada ACOVITITSIOTI-HAMEAU, Secrétaire Générale, anthropologue, le Val, Var, France - Ioulia PAPAEFTYCHIOU, Vice-Présidente, architecte, Kos, archipel du Dodécanèse, Grèce - Claire CORNU, architecte-urbaniste, Avignon, Vaucluse, France - Antonia THEODOSIOU, architecte ingénieur environnement, Nicosie-Aglantzia, Chypre - Augustin PESTCHEN, architecte, Ciutadella, Minorque, Iles Baléares, Espagne - Urs LIPPERT, artisan murailler, Evilard, Suisse - Richard TUFNELL, formateur murailler, Angleterre.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur