En direct

Pierre Mit, président de l’Untec : « Seul l’économiste indépendant est garant du vrai prix »
Pierre Mit, président de l'Union nationale des économistes de la construction (Untec) - © © Bruno Levy / Le Moniteur

Pierre Mit, président de l’Untec : « Seul l’économiste indépendant est garant du vrai prix »

propos recueillis par Dominique Errard |  le 07/06/2012  |  RhôneNumériqueFormation BTPFrance entièreCommunication

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
Rhône
Numérique
Formation BTP
France entière
Communication
Valider

Réunis en congrès à Lyon du 6 au 8 juin, les adhérents de l’Union nationale des économistes de la construction (Untec) débattent de l’avenir de leur profession. Indépendance, renouvellement du métier, élaboration des logiciels d’estimation financière figurent parmi les priorités de l’organisation syndicale.

L’Untec fête son 40e anniversaire lors de son congrès à Lyon. Quel est le thème de ce rendez-vous ?

Les adhérents de l’Untec réaffirmeront à ce congrès que l’économie de la construction est une notion incontournable. Ce thème implique que notre organisation syndicale n’agit pas seulement en faveur des économistes indépendants. Elle fédère également les économistes intégrés à la maîtrise d’ouvrage, aux entreprises ou aux autres composantes de la maîtrise d’œuvre (architectes et bureaux d’études). Une trentaine de nouveaux adhérents appartenant à ces professions nous ont d’ailleurs rejoints depuis la modification de nos statuts il y a trois ans.

Cherchez-vous à gonfler les chiffres de vos adhérents grâce à cette ouverture ?

Non, cette ouverture a pour objectif de partager et confronter nos pratiques avec celles de nos homologues intégrés à d’autres structures. C’est indispensable pour que la profession développe sa connaissance du terrain, explore de nouvelles pratiques professionnelles, enrichisse son savoir sur l’évolution des coûts. Nous établissons ainsi les liens indispensables avec les autres acteurs du BTP, ce qui aiguise notre expertise.

N’est-il pas plus simple de prôner le regroupement des acteurs de la maîtrise d’œuvre en entités pluridisciplinaires ?

Ce regroupement est impossible du fait du statut particulier des architectes. La loi de 1977 sur l’architecture les place en position dominante dans les structures professionnelles auxquelles ils appartiennent. Les économistes ne pourraient accepter cette situation de façon systématique. Sur le terrain, tous les rassemblements de compétences sont possibles. Toutefois, seul l’économiste indépendant demeure le garant du vrai prix. Par ailleurs, du point de vue institutionnel, l’Untec prône l’indépendance des professions de la maîtrise d’œuvre mais encourage les échanges entre elles.

Pensez-vous que les 2,5 millions de logements annoncés par le président de la République puissent être bâtis d’ici à cinq ans ?

470 000 logements ont été construits dans les meilleures années passées, en France. Comment 500 000 pourraient-ils l’être en période de crise ? Et cela dans un contexte réglementaire qui s’est considérablement alourdi depuis quelques années. La première démarche pour atteindre un tel objectif serait de faciliter la production de bâtiments. Or, des réglementations parfois contradictoires (incendie et handicap, acoustique et thermique) sont contre-productives. Des règles de plus en plus complexes, exigeantes et tatillonnes entravent les professionnels.
Quant au renchérissement que toutes ces normes induisent, il constitue un obstacle à certaines opérations. Il est temps de faciliter l’acte de bâtir et, en particulier, de répondre à l’usage optimum sans chercher à satisfaire systématiquement et totalement aux nombreuses contraintes. Trop de réglementations entravent la construction.

Est-il possible de simplifier les réglementations ?

Bien sûr, mais force est de constater l’échec politique dans ce domaine. La réforme du calcul de la surface de plancher, entrée en vigueur le 1er mars, est révélatrice de cette incapacité à faire simple et efficace. Le décret modificatif, qui subordonne le recours obligatoire à l’architecte à un calcul spécifique d’emprise au sol créé par le décret, en est la plus belle illustration.

Comment l’Untec peut-elle aider ses adhérents à surmonter cette complexité croissante ?

L’Untec met actuellement à jour les logiciels Estima et Anticip pour y intégrer les nouveaux labels, réglementations et technologies de la construction. Ce sont des outils destinés aux économistes adhérents.
Estima, qui élabore des budgets de construction à partir de 150 quantités clés, sera prêt à la fin de l’année. Quant à Anticip, il permet, à partir des données du programme (surfaces), de déterminer une enveloppe financière associée à des données qualitatives (par exemple, le standing de l’ouvrage) ; toutes les simulations sont possibles. Ce logiciel sera progressivement opérationnel à partir du deuxième semestre 2013 pour les logements, hôpitaux, salles de sport, établissements scolaires…
Afin de faciliter la prise en main de ces outils de nouvelle génération, l’Untec lancera un programme de formation dans les régions.

Commentaires

Pierre Mit, président de l’Untec : « Seul l’économiste indépendant est garant du vrai prix »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur