En direct

Pierre Bernard Les sculptures-sites d’Aanthony Caro Bourbourg

Luc Baboulet |  le 01/10/2008  |  ProfessionArchitectureCulture

L’art in situ ne vise pas toujours l’harmonie. Il arrive que l’œuvre choisisse de manifester les contradictions propres à la situation : site, commande, conditions de production. La forme, alors, n’est plus une « œuvre d’art totale » procédant par intégration des parties au tout et lissage des contraintes, mais plutôt l’arène d’une confrontation entre les différents régimes représentatifs et les différentes époques en présence. A cet égard, le dernier travail d’Anthony Caro à l’église Saint Jean-Baptiste de Bourbourg – sans doute l’un des plus ambitieux de sa longue carrière de sculpteur – renouvelle certainement la réflexion. Il revient sur une tradition ancienne et prestigieuse – les rapports qu’entretiennent la sculpture, le décor et l’architecture au sein de l’édifice religieux –, mais dont les avatars modernes ne semblent guère avoir pris acte des débats qui ont marqué les évolutions récentes des arts plastiques. L’œuvre interroge ces rapports-là depuis la sculpture, conçue comme le lieu où se superposent les différentes manières d’appréhender l’espace que proposent les arts plastiques. En ce sens, elle nous ramène à la place de Caro au sein de l’histoire de son art. Rappelons-le, sa carrière a commencé lorsque ce sculpteur anglais, après avoir été l’assistant d’Henry Moore, s’est tourné vers « cet art nouveau, dessiner dans l’espace » : la manipulation du métal et ses grands représentants, Julio Gonzalez et surtout David Smith. Aux USA, promptement remarqué par la critique moderniste, Caro se trouvait au cœur d’un des grands débats des années soixante, et l’un des plus décisifs quant au statut de l’objet. Au centre était la sculpture, d’autant plus intéressante qu’elle était plus difficile à situer – entre architecture, paysage et peinture –, dans ce que Rosalind Krauss appelait un « champ élargi » : « la sculpture était entrée dans un no man’s land catégorique : elle était ce qui, sur ou devant un bâtiment, n’était pas le bâtiment ; ou ce qui, dans un paysage, n’était pas le paysage. »

A Bourbourg, la situation est à la lettre divisée. L’église Saint Jean Baptiste est faite de parties d’époque diverses, dont un remarquable chœur gothique du XIIIe siècle. C’est une histoire compliquée mais banale, somme toute, si ce n’était le dernier épisode : en 1940, un avion s’écrasait en ville, après avoir détruit la toiture de l’église en l’arrosant d’essence en flamme. L’édifice est donc doublement monument : d’une part, il est un repère urbain et le lieu de l’institution ecclésiale – une nef « fonctionnelle » où se tenait la messe, une fois la toiture restaurée – ; d’autre part, il est une commémoration de facto – le chœur déserté qui, laissé en l’état, perpétuait une mémoire plus violente. Aussi la présence du mur de brique qui les séparait depuis trente ans était-il un enjeu majeur et très conflictuel du projet de restauration du chœur.

Caractériser la sculpture

La partition fut finalement maintenue de haute lutte, sous la forme d’un grand mur de verre translucide qui partage l’église entre nef et chœur, matérialisant dans l’espace ces histoires divergentes. De sorte que le chœur n’est plus seulement le fond de l’église, mais aussi un [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Pierre Bernard Les sculptures-sites d’Aanthony Caro Bourbourg

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Traité de contentieux de la commande publique

Traité de contentieux de la commande publique

Livre

Prix : 87.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur