En direct

Pierre-Alexandre Risser, au bonheur du jardin parisien
En juin dernier à Jardins, Jardin, le festival parisien auquel Pierre-Alexandre Risser a donné naissance en 2004 aux côtés d'Olivier RIols et de Dominique Xavier Laureau. - © © Laurent Miguet

Pierre-Alexandre Risser, au bonheur du jardin parisien

Laurent miguet |  le 03/04/2018  |  Paris

Invité, le 28 mars, des « jardins en acte » qui offrent une tribune d’une heure à une personnalité du paysage à la librairie parisienne Jardins en art, Pierre-Alexandre Risser séduit le tout Paris des jardins depuis 32 ans avec un profil singulier : jardinier et auteur prolifique, chef de trois entreprises qui couvrent tout le processus de conception, de réalisation, d’entretien et de production botanique.

Sa barbe de trois jours, ses chapeaux à large bord, son visage buriné par une vie au grand air, ses vestes solides et indémodables de paysan chic tranchent avec le look plus classique des trois autres cofondateurs du salon Jardins, Jardin, le festival parisien de la filière Paysage qui se joue chaque année aux Tuileries, dans la première semaine de juin. Ce décalage signe un style plébiscité par plusieurs générations de bobos parisiens, à qui Pierre-Alexandre Risser a su vendre son concept de résidence secondaire urbaine en terrasse. Une clientèle qu’il cueille de plus en plus tôt : « Quand j’ai commencé en 1986, mes plus jeunes clients avaient 40 ans. Ils terminaient leur aménagement avec le jardin. Aujourd’hui, ils en ont 30 et commencent par cette pièce », résume le pépiniériste, paysagiste et jardinier.

Droit dans ses bottes

Avec lui, l’expression « droit dans mes bottes » ne présente aucune connotation psychorigide : « J’aime marcher dans la terre avec mes bottes », répond Pierre-Alexandre Risser, interrogé sur son choix d’exploiter une pépinière de 2 hectares, alors que de nombreux entrepreneurs de paysage de sa génération ont accédé à ce statut après s’être débarrassés de l’activité de production horticole de leurs ascendants. Le second argument confirme la souplesse : « Le particulier change souvent d’avis. Si on peut lui répondre, pourquoi pas ? La pépinière prouve un savoir-faire et sécurise le client ».

Son adaptabilité le pousse même à accepter de poser les pelouses synthétiques qu’il a longtemps décriés et qu’il définit aujourd’hui comme « des merveilleux cache-misère, et un moyen commode pour que les enfants puissent jouer pied nus sans se salir ». Mais pour justifier l’activité de pépiniériste, la capacité de répondre facilement aux humeurs changeantes du client roi se mélange à une disposition plus personnelle : « J’aime tester, c’est le bonheur du métier ».

Jardin égale bonheur

Ce troisième argument offre une clé : Pierre-Alexandre Risser associe le jardin au bonheur, le sien comme celui qu’il vend à sa clientèle majoritairement urbaine et privée. Rien ne semble le prédisposer à un tel destin, lorsqu’il débarque en 1984 dans la capitale, à l’âge de 22 ans, muni de son bac D prime – celui des agriculteurs de sa génération – obtenu dans la région lyonnaise, complété ensuite par un diplôme d’horticulture à Antibes : « J’étais fermement résolu à quitter Paris au bout de deux ans ». Son expérience de salarié en a décidé autrement : « J’y ai tout appris sur le métier, y compris ce qu’il ne faut pas faire en gestion ». Il découvre aussi sa vocation parisienne, avec le privilège d’une implantation à Saint-Prix (Val d’Oise), « à 25 mn de la porte de Clignancourt » où il expérimente pour lui-même l’idée du jardin à vivre. A 24 ans, le voilà entrepreneur.

Changement d’échelle

32 ans plus tard, l’activité nourrit 35 salariés et génère plus de 3 millions d’euros de chiffre d’affaires. Outre Horticulture et Jardins, sa première entreprise, deux autres sociétés sont nées : Lumière et jardins pour l’éclairage, la maçonnerie et la menuiserie ; Votre jardinier pour l’entretien. Outre la clientèle parisienne, des particuliers bretons ou basques viennent chercher la signature de Pierre-Alexandre Risser, et des promoteurs l’amènent à changer d’échelle : après la livraison de deux Novotel parisiens, Horticulture et Jardins contribue, aux côtés de l’atelier Paul Arène, aux deux projets parisiens de la Compagnie de Phalsbourg issus du concours Réinventer Paris, les « 1000 arbres » et Auroer, complexe immobilier qui intègre la plus grande passerelle en bois d’Europe, dans le XIIIème arrondissement.

Client roi

Le désir de répondre aux demandes, voire aux caprices, n’interdit pas de laisser filtrer des conseils en fonction des ombres et du vent, déposer quelques cailloux blancs en guise de marque de fabriques : chaque fois qu’il le peut, Pierre-Alexandre Risser laisse grimper le jasmin étoilé sur les murs parisiens. Pour multiplier les volumes souvent contraints des jardins urbains, il affectionne les effets miroir, des bassins aux parois, comme l’a encore montré, en 2017, la plus haute composition éphémère jamais créée aux Tuileries pour le festival Jardins, Jardin : trois niveaux montée avec 15 tonnes d’échafaudages, et où les miroirs tournés vers le public contrastaient avec l’ambiance intime des espaces intérieurs frais et humides.

Engagement festif

Mais les plantations ne suffisent pas à assouvir sa soif de partage : « Je vis mon métier comme un engagement », proclame-t-il. Trop personnel pour endosser un costume de leader syndical, il exprime plus volontiers le message de sa profession dans les registres littéraire et festif : tous les deux ans au salon Paysalia dans sa ville natale de Lyon, Pierre-Alexandre Risser participe au jury du maître jardinier, conçu sur le modèle des Bocuse d’or pour donner ses lettres de noblesse à la profession. Avec toujours le même message : « métier d’avenir décrié, le jardinage souffre d’un déficit de main d’œuvre, alors qu’il joue un rôle d’ascenseur social ».

Commentaires

Pierre-Alexandre Risser, au bonheur du jardin parisien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX