En direct

Photovoltaïque : le SER déplore une méconnaissance des qualités de la filière industrielle "made in France"

le 23/12/2010  |  France MayenneGirondeSavoie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
France
Mayenne
Gironde
Savoie
Valider

Pour le Syndicat des énergies renouvelables, alors que des décisions cruciales doivent être prises sur son avenir, la filière industrielle photovoltaïque française souffre d'un déficit de reconnaissance de la part des autorités.

Le Syndicat des énergies renouvelables a, comme les autres associations professionnelles du secteur (Enerplan, Apesi...), vécu la publication du "moratoire" du 9 décembre comme une menace sérieuse pour la filière photovoltaïque française et notamment sa composante industrielle. "La tempête qu'elle traverse aujourd'hui pourrait la remettre en cause", estime le SER qui constate que "la réalité du tissu industriel est peu connue des pouvoirs publics".

Dans un communiqué publié le 23 décembre, le SER rappelle donc les mérites technologiques aussi bien qu'économiques de ses industriels : "Pour la seule année 2010, au moins 200 millions d'euros ont été investis pour poursuivre la construction d'usines de production de panneaux photovoltaïques. Aujourd'hui, la capacité de production française s'élève à près de 440 MW, répartis sur dix sites industriels. Aux côtés de la seule production de modules, différentes unités industrielles sont mobilisées dans la production des autres composants : composants électriques, composants de structures ..."

A la date de publication du décret, le 9 décembre, trois projets phare de production de modules dont tous les composants seront fabriqués en France étaient lancés :

- Le projet de MPO Energy qui prévoit de produire 100 MW de modules, dont les cellules seront toutes fabriquées en Mayenne, à partir des procédés développés dans le cadre du projet de recherche PV20
- Le projet de First Solar et EDF EN, aujourd'hui suspendu, qui prévoit, sur le site de Blanquefort en Gironde, de fabriquer 110 MW de modules.
- Le projet PV Alliance, qui regroupe Photowatt, CEA Investissement et EDF EN, dont la ligne prototype expérimentale est en cours de construction, en Savoie, et dont la vocation est de développer une nouvelle technologie de cellules à haut rendement.

"Ces seuls projets, rappelle le SER, sont porteurs de près de 1 500 emplois".

Le SER pour l'instant à l'écart des procédures de recours contre le décret

« Aux côtés des développeurs et des installateurs, il existe des industriels qui ont pour ambition de développer une industrie photovoltaïque française, capable de se positionner dans la concurrence internationale », a tenu à souligner André Antolini, Président du SER dans un communiqué. Manière de marquer son indépendance? En tout cas, le SER ne s'est pas joint aux autres associations professionnelles du secteur (notamment Enerplan et l'Apesi) qui ont déposé des recours en annulation contre le fameux décrêt du 9 décembre. Au SER, on estime "préférable de continuer à travailler sur des propositions et profiter des deux mois légaux pour éventuellement déposer un recours."

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil