Phoenix Mobility convertit les véhicules thermiques en véhicules électriques

Phoenix Mobility convertit les véhicules thermiques en véhicules électriques

Laurent Duguet |  le 02/09/2021  |  NégoceEntreprisesVéhicules utilitairesFrance Stores et fermetures

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Négoce
Entreprises
Véhicules utilitaires
France
Stores et fermetures
Valider

Conserver son VUL aménagé en un véhicule électrique, c’est le pari de Phoenix Mobility, qui propose un changement de motorisation via un kit de conversion.

Voulez-vous rétrofiter votre véhicule utilitaire ? Dit autrement, depuis avril 2020, les artisans qui possèdent un VU thermique de plus de 5 ans peuvent le convertir en véhicule électrique. Le contexte s’y prête. De Paris à Lyon, Grenoble et Nancy, bientôt rejointes, d’ici fin 2021, par Lille, et Toulouse, puis en 2022 par Strasbourg ou Aix-Marseille, les métropoles élaborent des zones à faibles émissions (ZFE), ces secteurs de réglementations restrictives pour les véhicules, essence ou diesel. Dans le même temps, le parc de véhicules électriques ne représente que 2 % du total et la production de VUL électriques reste encore faible et coûteuse, un Master E-Tech électrique affichant, par exemple, un prix à partir de 55 000 €.
Cinq experts techniques ou spécialistes du retrofit ont  créé Phoenix Mobility en septembre 2019 et obtenu une homologation auprès de l’UTAC, conforme aux standards de sécurité,  pour proposer cette conversion : « Actuellement, il faut compter 5 jours pour opérer cette transformation de Diesel à électrique, explique Antoine Desferet, l’un des cofondateurs et chargé des relations clients. Avec la prochaine automatisation de l’assemblage, ce délai passera à 48 heures en fin d’année ». Même si ce type d’opération est déjà réalisable partout en France, la société vise, d’ici un an, un partenariat avec 200 garagistes qui seront en mesure d’effectuer cette conversion.


La marche à suivre


L’artisan amène son VUL thermique de plus de 5 ans - Renault Master ou Renault Traffic pour l’instant - afin qu’on lui remplace le moteur, la batterie et l’écran tactile dans le véhicule. Pour un Renault Master, cette opération coûte 25 000 à 30 000 € et entre 20 000 et 25 000 € HT pour un Trafic, générant respectivement une économie de CO2 à l’usage de 3,1 tonnes et 4,7 tonnes/an. Hors subventions s’entend. En effet, depuis le 2020, il existe une prime rétrofit versée par l’Etat, de 5 000 €, dont Phoenix Mobility se charge de la demande et à laquelle il convient d’ajouter des aides locales où l’artisan peut être accompagné. Par exemple, ces aides sont de 2 500 € en Ile-de-France, 4 000 à 6000 € à Grenoble, et il en existe, entre autres, en Provence-Alpes-Côte d’Azur ou à Toulouse Métropole : « Au final, cette conversion permet de disposer d’un VUL électrique trois à quatre fois moins cher qu’un neuf, estime encore Antoine Desferet. L’avantage de cette démarche permet aux artisans de conserver l’aménagement de leur VUL, souvent particulièrement adapté à leur métier. Avec cette solution, rien n’est modifié ! »


Des capacités en hausse


Cette opération comprend une garantie des composants et l’installation de la transformation électrique (batteries garanties 6 ans, kit garanti 2 ans et transférable sur un autre véhicule, 150 à 200 km d’autonomie), le tableau de bord connecté, la prise en charge de l’homologation avec le changement de carte grise, la maintenance et le diagnostic à distance, l’installation de bornes de recharge. La société Phoenix Mobility, actuellement implantée à paris et Grenoble, va bientôt transformer des VUL Peugeot et Citroën, et compte passer d’une capacité actuelle de 10 véhicules par mois à plusieurs centaines en 2022, pour atteindre un cap de plusieurs milliers par la suite.

Commentaires

Phoenix Mobility convertit les véhicules thermiques en véhicules électriques

Votre e-mail ne sera pas publié

Manupeint

03/09/2021 12h:56

Prix installations encore trop cher. Et kilométrage en autonomie trop juste. Mieux vaut acheter un véhicule électrique avec une carrosserie neuve, suspension, Et tout le reste. Pour que ces véhicules deviennent intéressant il faudrait avoir une autonomie minimum de 500 km réel.

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil